Partagez | 
 

 Event #1 - Soirée de Noël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Dim 14 Jan - 8:20

Un peu avant le discours du maire, Capucine a reçu un sms de Sean, lui disant de ne pas s’inquiéter. Il était parti faire quelques emplettes sur le marché de Noël, et la jeune femme s’était contentée de répondre un petit « D’accord, je t’aime. » avant de rassurer sa belle-sœur. Comment aurait-elle pu savoir que la soirée allait les ramener plusieurs années en arrière ? Comment aurait-elle pu savoir qu’elle aurait dû dire à Eileen de se préparer à recevoir un nouveau coup psychologique ? Comment aurait-elle pu elle-même se préparer à recevoir ce dit-coup ? L’agitation, au dehors, la rend d’abord perplexe. Mais, voyant que Hugo n’est pas disposé à quitter le buffet des yeux, et à quémander tout ce qui pouvait lui faire envie, Capucine ne s’est pas dirigée vers l’extérieur. Mais, lorsque son portable vibre, et qu’elle le tire de son sac à main, le monde s’écroule autour d’elle. « Mes petits poissons. » Elle déglutit. Elle sent ses jambes devenir coton, son palpitant s’affoler au creux de sa poitrine. Elle voit rapidement Eileen, et va vers elle. Et à la réponse qu’elle lui fait, à l’attitude que sa belle-sœur adopte à cette seconde très précise, c’est une panique rageuse qui s’empare de Capucine.

« Putain. » crache-t-elle. « Désolée, Eileen. » ajoute-t-elle, « Je dois m’occuper de Hugo. » Elle ne peut pas être sur tous les fronts. Désespérément, elle envoie un message à Sean, pour lui dire de venir s’occuper de sa sœur… Il doit précisément savoir pourquoi, et elle ne doute pas qu’il viendra. Capucine, elle, se précipite vers son fils. « Prend un gâteau, on s’en va. » lui dit-elle en français, perdant doucement son calme face aux protestations de son fils. « Tu ne discutes pas. On s’en va, un point c’est tout ! » Hugo sent les larmes lui monter aux yeux. Il n’a pas l’habitude que Capucine hausse le ton avec lui. Et c’est finalement le numéro de son père qu’elle fini par composer, après avoir pris son fils dans ses bras. Tombant sur la messagerie, c’est un message en français qu’elle lui laisse. « Je ne sais pas si tu as reçu le message, toi aussi… Je viens avec Hugo. Sean nous rejoindra. Je… J’ai besoin d’être avec maman et toi… Je t’aime. » Elle raccroche un peu brutalement, et fini par sortir de la mairie... avant de se figer, son fils dans les bras, face à l’attroupement qu’il y a sur la place. Ce n’est que lorsqu’elle reconnait April, à genoux devant un homme, qu’elle comprend. April n’aurait cette réaction que pour un seul homme. Elle n'aurait probablement cette réaction que pour l'homme qu'elle aime. L'homme que Capucine a connu pendant son enferment sous le nom de l'Hôte...

Et c’est au tour de Capucine de vaciller. Elle a juste le temps de poser Hugo au sol avant de tomber, évanouie. Le cauchemar ne fait que se répéter, mais elle a aujourd’hui bien plus à perdre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Mer 17 Jan - 6:23

Une enquête qui piétine, une April bien maladroite, contre une Rachel arborant un grand sourire et qui semble sincèrement heureuse, Andrew semble en forme lui aussi malgré un petit air absent, comme aux aguets. Le malaise pourrait peut-être s’effacer si April et Aaron y mettaient du leur. Une fois revenue un verre à la main, le blond s’apprête à porter un toast à cette soirée dans le but de détendre l’atmosphère. Il n’a pas même le temps de relever le bras que les visages se tournent vers la place, l’attention s’y porte depuis un peu partout sur le marché de Noël. Tout va très vite. Les gens se regroupent, Andrew est déjà parti, Rachel le suit de pas très loin, April parait s’effondrer à chacun de ses pas au travers de la foule. Aaron ne prend pas la peine de s’avancer pour comprendre ce qu’il se passe, il reconnait la voix de l’agent fédéral appeler un médecin, précédé par celle de Rachel qui affirme reconnaître l’Hôte.

Le seul son qui vient briser les commentaires de l’attroupement sont les sonneries de téléphone qui retentissent simultanément. Sans même ressentir les vibrations de son portable, Aaron sort le sien par mimétisme, et voit un SMS d’un numéro inconnu. La signature du Faucheur, il la reconnaitrait parmi des milliers. Son premier réflexe était de penser à plonger son téléphone dans un verre rempli de vin chaud, mais il se ravise au dernier moment. Si le Faucheur est parvenu à obtenir tous les nouveaux numéros des anciens résidents du Crescent Hotel, il n’aurait pas de mal à en obtenir un nouveau en cas de changement. Rangeant alors l’appareil dans la poche de son imperméable il regarde les alentours. Plus grand monde dans les chemins du marché de Noël, le monde se trouve autour du grand sapin, et de l’Hôte apparemment blessé, et certains commencent à descendre des marches du bâtiment municipal. Parmi eux Aaron reconnait Eileen, le visage totalement pâle et paniqué. Plus bas, un peu à l’écart, il reconnait une silhouette qu’il n’a pas vu depuis l’enfermement entre les murs de l’hôtel, Jules. Son regard se reporte sur le palier devant les portes de la mairie, Capucine et son fils sortent, la mère tombe au sol inconsciente. Au pas de course et en jouant des coudes parmi la foule, Aaron se précipite sur le perron pour se mettre à genoux à côté du corps de la française. « Salut Eileen, dis-moi t’as pas vu ton frère ? Je pense que le petit en a bien besoin là ». Hugo est en larmes, laisse tomber un gâteau qu’il avait à la main en répétant Maman en français. Le canadien ébouriffe les cheveux de l’enfant en lui adressant un sourire. « T’inquiètes pas, ta maman va bien, Tata va s’occuper de toi ». Le regard plongé sur les yeux clos de Capucine, il passe sa main dans ses cheveux pour tenter de voir si la tête n’a pas violemment cogné lors de la chute. Pas de sang, toujours pas de bosse non plus. Les doigts glissent jusqu’à sa joue lorsque les paupières de la jeune femme se relèvent fébrilement. Un simple sourire sur le visage du blond suffit à faire part de sa satisfaction à la voir reprendre conscience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'hôte
Messages : 289
Arrivée sur HC : 17/08/2011
Emploi/loisirs : Sans emploi

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Mer 17 Jan - 17:34

Événement no. 1
▴ They are the hunters, we are the foxes. We run. ▴
Bien vite, j’ai volé la vedette. Beaucoup se sont regroupés autour de moi et pourtant, je parvenais à garder les yeux sur April. Elle me voit. Elle me regarde. Elle a l’air d’avoir peur, d’être triste, d’être en colère. Elle ressent ses émotions et elle les vit. Elle ne les cache plus derrière un sourire. En voyant cela, un léger sourire en coin s’affiche sur mes lèvres, mais il disparaît presque aussi vite quand j’entend la voix de Mademoiselle Newman qui appelle son chevalier blanc. L’Agent Andrew Stewart… Il n’était pas étonnant de le savoir ici. Après tout, il avait probablement accourut sauver sa belle en protégeant son ami en le laissant au Tennessee. Ce dernier éloigne les gens autour dont certains ont sans doute l’envie de me sauter à la gorge pour m’achever. Suite à cela, il se penche vers moi et écoute sa demoiselle en détresse qui fait les présentation. Je ne suis pas un trouillard. Je sais et j’accepte qu’on souhaite me voir mort. Mais lui, non. Lui, il est malin et ne saute pas aux actions sans réfléchir. À la place, il demande un médecin aux alentours et se retourne vers moi en me disant que nous devons discuter. Évidemment. Je savais que ça arriverait. De nouveau, je pose les yeux sur April qui s’approche tandis que la médecin m’approche aussi, me demandant ce qui s’est passé. Je la regarde donc, le regard un peu sérieux. « On m’a enlevé, on m’a battu et on m’a envoyé en guise de message. »

Je n’étais pas là par hasard. En temps normal, je ne serais pas revenu avant que l’enquête ne soit close. Pourtant, me voilà, à quatre pattes devant tous ces minables qui avaient pensé bien faire en oubliant que j’avais été le premier client du Faucheur, sa première victime. Pourquoi? Pourquoi étais-je là? La seule personne qui ne m’aie jamais aimé tombe à genoux à côté de moi, incapable de dire quoi que ce soit. Je lui souris douloureusement, mon sang encore chaud coulant sur sa main. « Tu es magnifique. » C’est là la seule chose que je trouve à lui dire pour calmer son affolement, ses tremblements, ses interrogations. Je ne peux malheureusement pas lui donner des explications, ou simplement la serrer dans ses bras. Je me sers d’elle par contre pour m’aider à m’asseoir, non sans difficulté et douleur. Ma main se pose au niveau de mes côtes brisées et je regarde Andrew avant de lui faire signe d’approcher. Mieux ne valait pas parler trop fort pour éviter d’affoler la foule. Une fois fait, je tousse un peu, tachant ma main que j’avais mit devant ma bouche. « Le Faucheur est de retour, et il ne se contentera pas seulement de ses anciennes victimes. » Maintenant, il allait utiliser la totalité de la population, et se venger de leur évasion. « J’ai fait sortir ses victimes de l’hôtel. J’ai fui pour ne pas qu’il me retrouve. Mais il a fini par me retrouver. Je ne suis qu’un pion. Limite, une offrande à tout ceux qui veulent ma peau. Il savait que je ne pourrais pas rester loin après avoir appris qu’il reprenait du service. » Sur ces mots, je pose mes yeux sur April, l’air désolé.

- made by l.mactans -






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huisclos.forums-gratuits.fr
avatar
Administratrice
Messages : 1005
Date de naissance : 12/07/1989
Arrivée sur HC : 19/08/2011
Age : 29
Emploi/loisirs : Étudiante en profilage criminel

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Jeu 18 Jan - 23:00

Événement no. 1
▴ This is why we can't have nice things ▴
Dylan prend ma main et la serre dans la sienne. Il n’est pas très à l’aise lui non plus. Je le sens. Je le sais, je suis sa mère après tout. Je serre sa main aussi en tremblant. Mon regard se pose sur Andrew qui appelle un médecin avant d’échanger un regard avec moi. Il ne suffit pas. J’ai besoin de plus, mais surtout de rentrer. Plus rien existe autour de moi. Une femme s’avance en annonçant qu’elle est médecin. Je m’écarte donc pour la laisser passer. Malgré ma peur de cet homme qui est blessé, je ne peux m’empêcher de lui souhaiter que ses blessures guérissent rapidement. J’ai beau ne pas l’aimer, je sais trop bien comment on se sent après avoir prit des coups. Rien qu’à le regarder, j’ai l’impression de ressentir sa douleur.

Me voilà sous l’emprise de mes vieux démons. Je tremble, j’ai peur. Mon teint est pâle. Mes oreilles bourdonnent et je n’entend plus rien tellement l’émotion est forte. Malgré moi, des larmes coulent de mes yeux. J’ai froid. Je suis figée par la peur, toujours en tenant mon téléphone dans ma main. Si je serrais rien qu’un peu plus fort, je le briserais sans doute, tout comme la main de mon fils.
Je vois April approcher de l’Hôte et, bien que j’aimerais qu’elle oublie cet homme ou qu’elle s’en éloigne, je n’ai pas l’audace de bouger de ma place. Je regarde autour et voit la même chose que les autres : des regards apeurés ou curieux, selon si leurs propriétaires ont connu cet homme ou pas. Puis plus loin, je vois un homme dont je connais le regard.

Jules… J’ai posé mes yeux dans les siens bien trop souvent pour ne pas le reconnaître. Je reconnaîtrais son regard parmi des milliers. Il est là. Il a changé, sa barbe et ses cheveux ont poussés… Mais son regard n’a pas changé. Est-ce possible ? Non. Il ne peut pas être là. Je dois sans doute me l’imaginer. Après tout, il est parti après m’avoir embrassé pour ne jamais me donner de nouvelles. Pourquoi serait-il là maintenant ? Non. Il est probablement le fruit de mon imagination, une façon pour moi de me calmer, une bouée à laquelle m’accrocher, le souvenir de la personne qui m’a aidé à sortir de mes démons pendant mon enfermement dans l’hôtel.

Pourtant, cette hallucination parvient à me calmer. Mon corps se détend et je relâche ma poigne un peu. Je reprend alors contact avec la réalité. « Maman ! » Je sursaute alors et regarde Dylan. « Maman, tu m’entends ? Ça va? Qu’est-ce qui t’arrives ? » Aucun son n’arrive à sortir de ma bouche. Les mots sont coincés dans ma gorge mais se bousculent dans ma tête. Pour le rassurer, je le serre à nouveau dans mes bras. Je continue de trembler, de froid ou de peur, je ne sais plus. Je relève alors le regard sur Andrew. J’ignore combien de temps j’ai perdu contact avec la réalité.


- made by l.mactans -







Make sure it's all perfect

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 251
Date de naissance : 21/09/1984
Arrivée sur HC : 25/12/2014
Age : 34
Emploi/loisirs : Agent du FBI

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Ven 19 Jan - 6:31


Je n'aurais su dire si j'étais ravis que l'affaire avance enfin ou si au contraire, j'aurais préféré qu'elle piétine. Mais au vu des événements de ce soir, il fallait à l'avenir que je m'attende à ce genre de situation. A n'en pas douter, celui qu'on appelait le Faucheur aimait soigner sa mise en scène. Des indices de plus mais qui pour l'heure n'avaient pas grande utilité. Je notais cela dans un coin de ma tête, j'aurais à loisir plus tard de réfléchir à tout ça. Par chance ma collègue; la psychiatre Ravenwood; avait entendu mon appel et avait pris les devant pour s'occuper de celui que les clients du Crescent Hotel appelaient donc l'Hôte. Curieux personnage. Il nous informa de ce qu'on lui avait fait subir pour paraître ainsi devant nous. April ne tarda pas à nous rejoindre. Pour ma part, il me fallait contacter mes collègues pendant que la police sur place continuait d'assurer un petit périmètre de sécurité autour de nous. La poignée d'agents qui avait été assignée à la soirée de Noël de la Mairie permettaient pour le moment de maintenir le calme à défaut rassurer les angoisses naissantes. A nouveau je jetais un coup d'oeil à Rachel, mais il me fallait téléphoner.

- Ici l'agent Stewart, j'ai besoin de renforts pour escorter un suspect dans l'affaire du Crescent Hotel, dis-je d'une voix calme et intelligible pour mon interlocuteur à l'autre bout du fil. Très, je reste sur place pour le moment.

Un autre coup d’œil à Alice qui avait de son côté contacté les urgences pour nous envoyer une ambulance. A nouveau j'entendis la voix de l'homme même si parler était une douleur pour lui. Les déclarations qu'il venait de faire était certes une avancée, mais étaient-elles suffisantes ? Pour le moment, il restait l'un des suspects principaux dans une affaire qui promettait d'être encore plus compliqué qu'elle ne l'était déjà. Je m'approchais de lui, m'accroupissant pour me mettre davantage à sa hauteur.

- Nous aurons tout le temps d'en discuter, lui répondis-je, toujours très calme et observateur. Je crois que le spectacle de ce soir est une assez belle mise en scène, gardons encore un peu de suspense, ça ne fait jamais que trois ans que beaucoup attendent des réponses n'est-ce pas ?

Nous pouvions bien attendre un soir de plus à ce prix là. Sur ces mots, je portais mon regard sur April et Alice, observant chacune d'entre elle comme pour y déceler quelque chose, par habitude. Au vu des liens que la blonde semblait posséder avec le suspect, il était certain qu'elle ne pouvait pas l'accompagner à l’hôpital, trop risquer au vu des circonstances. Et le risque ne m'était pas permis, tout était possible et ça il fallait le garder à l'esprit.

- Miss Carter, je vais vous demander de vous éloignez de lui, vous pourrez lui parler plus tard, lui dis-je avec douceur et fermeté, gardant à l'esprit que s'il fallait faire usage de la force ce ne serait pas un problème pour moi.







On se demande toujours pourquoi on n'a pas agit sur l'instant. On regrette bien souvent de n'avoir rien fait alors qu'on le pouvait. Moi je regrette d'avoir agit parce que tout cela ne serait pas arrivé.
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice
Messages : 355
Date de naissance : 02/12/1968
Arrivée sur HC : 08/06/2013
Age : 49
Emploi/loisirs : Psychiatre

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Ven 19 Jan - 7:08


Alice affichait un air complètement neutre, ni juge ni bourreau. Elle écoutait le blesser avec attention même si ce qu'il disait semblait couler de sens même si elle n'avait pas assisté à toute la scène. Au bout du fil, elle expliquait la situation, cela de façon à ce que les ambulanciers puissent gérer au mieux la situation une fois sur place. Il était possible qu'il ait des côtes cassées, mais à première vue pas d’hémorragie interne ou d'organes touchés. Une fois cela fait, le téléphone raccroché, Alice étudia du coin de l’œil le comportement d'April et de Mr Parker. Intéressant. Son attention se portant ensuite sur son collègue du bureau fédérale. Il avait l'air de gérer la situation concernant la sécurité et l'enquête. La new-yorkaise se redressa pour porter son attention sur les autres personnes présentes. Il était assez facile de repérer les personnes qui avaient été enfermées dans l'hôtel du reste de la population de Little Rock. Mais pour l'heure la psychiatre ne pouvait pas encore se permettre de s'éloigner de la source de toute cette histoire. Il était néanmoins certain que d'ici quelques jours elle reverrait ces visages choqués, terrifiés dans son bureau.

Elle entendit l'agent Stewart s'adresser à April. Pas de doute que la jeune femme risquait de ne pas obtempérer facilement. Alice restait très attentive aux réactions de cette dernière, cela afin de réagir au besoin. Il fallait se méfier, mais l'agent fédéral avait raison de ne pas vouloir laisser Mr Parker trop longtemps en présence de Miss Carter. C'était avant tout un suspect et il fallait le traiter en tant que tel pour l'heure. Il fallait respecter les protocoles et la loi. La psychiatre continuait néanmoins de tendre l'oreille, écoutant les conversations les plus proches pour savoir ce qu'il en était. Il y avait ça et là un peu d'agitation. Les paroles de Mr Parker n'avait pas vraiment été pour rassurer, mais là était sans doute toute l'intention. Le Faucheur venait d'annoncer son grand retour, c'était certain. Cela ne voulait dire que plus de travail, parfois même du recule pour certains de ses patients qui avaient mis le temps à se remettre de l'enfermement. Alice avait hâte, d'une certaine façon, de pouvoir étudier ça, de comprendre la manière que chacun avait de combattre ces démons en quelque sorte.

- Miss Carter, s'il vous plaît, dit Alice pour soutenir son collègue sans chercher à la brusquer pour autant.

Il n'était pas temps de faire un scandale quelconque, la situation était bien assez traumatisante. Et la psychiatre avait déjà en tête quelques bons arguments si jamais il fallait jouer les négociations pour que les choses se passent au mieux. La nature humaine n'était jamais simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
avatar
Joueuse
Messages : 680
Date de naissance : 27/12/1982
Arrivée sur HC : 20/06/2012
Age : 35
Emploi/loisirs : Pigiste

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Ven 19 Jan - 19:14

Tout s'était passé extrêmement vite. Eileen n'était pas encore sortie de sa pseudo léthargie quand sa belle-sœur s'écroula sur les marches du parvis de l'hôtel de ville. Pendant un moment, elle faillit à tous ses devoirs de tante vis à vis d'Hugo. Ce fut Aaron Finnigan, un ancien prisonnier de l'hôtel avec qui elle avait lié connaissance, qui s'approcha du petit garçon paniqué et en pleurs. Si elle n'avait pas été une adulte raisonnable, Eileen aurait sûrement pleuré aussi. Mais non, elle devait se ressaisir, et vite. Depuis qu'elle avait franchi les portes du Crescent, il était écrit que sa vie prendrait un tour merdique, mais elle s'était aussi jurée, depuis l'évasion, qu'elle ne se laisserait plus aller.
- Je ne sais pas, désolée. Il ne devrait pas être loin. Il nous a dit être sur le marché de Noël.
Elle s'accroupit immédiatement auprès du petit garçon, pour tenter de le rassurer au mieux, mais sa voix tremblait. Son émotion la submergeait, en pensant au message qu'elle avait lu quelques minutes avant.
- Viens, mon grand.
Eileen l'attira légèrement à l'écart pour lui éviter de paniquer doublement en voyant sa mère au sol ; elle profita de la confiance qu'il lui accordait en toute occasion, et il obtempéra.
- Ca va aller. Maman s'est sentie malade, mais elle va bientôt aller mieux. Y a quelqu'un pour s'occuper d'elle, tu vois ? dit-elle en montrant Aaron du doigt.

Un peu plus bas - Eileen ne voulait pas se mêler aux autres - il y avait une autre scène qu'il fallait dissimuler aux yeux d'Hugo. Quelques personnes s'étaient écartées. Dans un court laps de temps, Eileen aperçut un homme bien amoché. Elle fit en sorte qu'Hugo puisse voir sa maman tout en tournant le dos à l'homme qui avait le visage en sang. A y jeter plusieurs coups d'oeil, Eileen finit par le reconnaitre. Un frisson glacé lui descendit le long du dos. Que faisait-il ici, et surtout, pourquoi avait-il le visage en sang ? Il ne fallut pas longtemps à Eileen pour comprendre que l'apparition de l'Hôte était liée au message du Faucheur. A le voir dans un état si piteux, elle ne put pourtant pas le prendre en pitié.

Eileen réussit alors peu à peu à se calmer. Et comme l'énergie est communicative, les sanglots d'Hugo s'éteignirent aussi doucement. Eileen l'avait pris dans ses bras. D'une main, elle avait ressorti son téléphone pour appeler son frère. Hugo était certes bien avec sa tante, mais le réconfort d'un père lui serait sûrement plus profitable. Hélas, il n'y eut que des sonneries pour lui répondre, et personne au bout du fil. Où était-il ? Avec l'agitation qui régnait ici, il n'était pas concevable qu'il puisse continuer tranquillement ses emplettes de Noël. Un nœud se forma dans la gorge d'Eileen. Mais... ne rien montrer à Hugo. Continuer à discuter, à le rassurer, à le réchauffer aussi un peu. Eileen n'avait pas de mission plus importante en ce moment.
- Tiens, on dirait que maman va déjà mieux, dit-elle au petit garçon. Elle s'aperçut qu'il tenait près de son cou la peluche qu'elle venait tout juste de lui offrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joueuse
Messages : 431
Date de naissance : 06/02/1990
Arrivée sur HC : 31/01/2013
Age : 28
Emploi/loisirs : Coiffeuse

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Ven 19 Jan - 19:37

Le cœur d'April bat d'une force ahurissante, c'est au point de penser qu'il pouvait passer au travers de sa poitrine. Le savoir ici en chair et en os était à peine facile à croire pour la jeune femme. Des millions de questions se pause dans sa tête, impossible de savoir par lequel commencer. Mais la première question qui lui vient à l'esprit est sans doute égoïste. Mais la jeune femme aimerait savoir ce qu'il en est vraiment d'elle est Timothy Parker. Va t-il disparaître de nouveau lorsqu'il sera guéri ? C'est tellement sont genre, tellement une chose qu'elle juge qu'il est capable de faire. Pendant tout le long de son explication elle ne lâche pas sa main, dans l'espoir ce que contact suffise pour qu'il ne disparaisse pas de nouveau. Malgré toutes ses émotions incontrôlables qui la fait trembler, April reste attentive à ce que pourrait dire l'agent qui se tient en face de Timothy. Après tout, ce n'était pas parce qu'elle ne comprenait pas ses sentiments que la jeune femme est idiote. Elle se doute bien des raisons qui ont poussé à celui qu'elle aime de se séparer d'elle. Même s'il y a une rancœur présente pour ce qu'elle a prit comme un abandon. Il a été impliqué dans les mal-êtres des clients, elle la comprit quand elle s'est mise à l'aider dans l'hôtel. Oh, bien sûr, l'Hôte cachait tout cela à la perfection, mais on commence toujours par voir le vrai visage d'une personne lorsqu'on la fréquente tous les jours. Et ce qu'elle a vu peu donner la possibilité de le suspecter voir même de l'accusé de complicité envers le Faucheur. Cependant, elle le voit plus comme une victime, une victime qui a le plus souffert dans cette histoire. Elle l'aime et elle pense que, avec ou sans sa volonté, il a besoin d'elle. Oui, April est persuadée que, inconsciemment ou non, cet homme à besoin d'elle et de son amour. C'est quand ces pensées fusent sont esprit que des mots de la bouche de blessé raisonne en elle... « Tu es magnifique. » . Comme choquer ou alors perturbé, le visage figé, elle se tourne vers lui et ne bouge pas lorsqu'il s'appuie sur elle pour s’asseoir. Une fois assis elle baisse le regard comme honteuse, une haine profonde commence à ronger son estomac. Cette haine vient en tout premier lieu envers ceux qui on fait du mal à Tim. Elle écoute les dires de celui-ci qu'une oreille plutôt distraite. Le Faucheur est de retour... Et il a l'intention de prendre la ville entière pour un air de jeu. Tout ce qu'April ce dit à ce moment la c'est qu'elle se promet à elle-même de se venger, oui . Venger Tim et des blessures qu'il a subi par la faute de celui qu'ont appel le Faucheur.

Les mots ont toujours eu un impact fort pour April, les cachets l'ont rendue impulsive, laissant sont corps agir en fonction de ses incompréhensible émotions. Alors qu'elle fixe avec malaise le regard de désolation de la victime, April lève la tête yeux écarquillés et sourcils froncés quand elle entend le mot suspect. Son regard de dégoût s'ancre sur l'agent en ligne ignorant la psychiatre qui appelle les urgences. Elle tente de se retenir d'exploser à ces affirmations, car celons elle, c'est seulement en restant calme qu'elle pourra rester au côté du blessé. C'est tout ce qui lui importait pour le moment.

- Miss Carter, je vais vous demander de vous éloignez de lui, vous pourrez lui parler plus tard.

Lui parler plus tard... April n'y croit pas une seconde. Elle a tellement du mal à réalisé cette demande que ça en laisse de temps au docteur Ravenwood de renchérir en insistant sur le fait qu'elle doit partir. Elle serre les dents, mais son corps agit sans crier gare. Elle donne une gifle monstrueuse à l'agent Stewart. Un rire nerveux s'échappe de ses lèvres suivi d'un regard haineux. D'un ton froid, menaçant et cassant elle réussit enfin à s'exprimer. La boule sans son ventre à fini par exploser pour dire ses mots-là. 

« Avez-vous... Ne serait-ce la MOINDRE idée de ce que vous être tout les deux en train de me demander ? »

Sa respiration s'accélère, la colère monte et son corps suit le mouvement sans qu'elle comprenne ou contrôle quoi que se soit elle se met à pousser la psychiatre à côté d'elle. Pour se mettre à parler de plus en plus fort.

« Trois ans... Trois ans que j'attendais DESESPEREMENT de ses nouvelles ! Trois années a rester SEULE SEULE ! Avec pour seule consolation deux amies prise par leur famille et un miroir... UN MIROIR ! »

Elle lâche Timothy et se lève, poing serré ainsi que les dents. Son corps tremble elle lutte de toutes ses forces pour ne pas violenter de nouveau ses interlocuteurs. 

« Je le revois enfin... Mais dans un état pitoyable ! Vous le déclarez... DEVANT MOI ! Comme suspect... ET VOUS ÊTES ASSEZ CON POUR VOUS DIRE QUE JE VAIS GENTIMENT PARTIR ?! »

April éclate, elle voit rouge, son sentiment de haine et de colère ont totalement pris le dessus. 

« TIMOTHY PARKER N'A PAS À ÊTRE VU COMME UN SUSPECT ! IL A ETE UNE VICTIME DE CE CON DE FAUCHEUR ! IL EST MÊME CELUI QUI EN A LE PLUS BAVER DE NOUS TOUS ! Pas étonnant qu'il ait fui... IL A DÛ SE DOUTER QUE VOUS SERIEZ TROP CON POUR LE COMPRENDRE ! »

Elle finit par se précipiter vers un agent et saisie son arme sans prévenir pour le pointer sur l'agent et la psy. La jeune femme a totalement perdu la raison. Elle n'a pas envie de perdre de nouveau Tim, a ses yeux il ne lui reste plus rien. Elle ne sait même pas se servir d'une arme, elle n'a même pas idée de comment enlever la sécurité. Mais elle tente quand même. Elle refuse de se séparer de lui une seconde fois. Elle tremble et se met à pleurer. L'arme toujours pointée sur eux le maquillage coulant sur ses joues à cause des larmes qui se versent. Mais peu à peu l'évidence commence à lui venir à l'esprit. Peu importe sa colère peu importe ses dires, rien ne se passera comme elle voudra. D'un air décidé, elle pause alors l'arme sur sa tempe et dit qu'une voix tremblante.

« Voyons voir qui de vous et le Faucheur est le plus monstrueux et sans cœur... Pour le moment... Ça m'a tout l'air d'être vous. »






What am i feeling?
Is it meant to make your inside ache? Meant to make your chest go tight? Meant to make you sweat and shake? How could anything like that be right?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 479
Date de naissance : 21/02/1983
Arrivée sur HC : 02/01/2013
Age : 35
Emploi/loisirs : Coach (lycée) / Tueur à gage

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Sam 20 Jan - 13:56


De retour dans ce pays qu'il n'aimait pas, le fauve au poil hirsute observait l'assemblée glacée des humains en maudissant celui ou celle qui avait lancé cette bouée à la mer. Loin de la civilisation, il avait trouvé la tranquillité et la paix, aujourd'hui il retournait au chaos. Et quel chaos ! L'animal avait observé la scène qui s'était jouée devant lui avec l'authentique impression que tout cela était hautement ridicule. Il ne craignait pas le Faucheur, il ne craignait pas l'annonce de son retour. Il craignait seulement... Que la paix ne touche à sa fin après une si longue hibernation.

Lentement, jouant des épaules pour passer à travers la foule, il entendit des éclats de voix. Une voix qu'il lui semblait avoir déjà entendu fut un temps. Quel ne fut pas le spectacle auquel il venait d'assister ! Le Britannique n'en avait pas perdu un morceau depuis qu'il était arrivé au premier rang. C'était pathétique, vraiment. Jules posait un regard indescriptible sur ce qui était entrain de se jouer. La blonde avec l'arme sur la tempe alors même que la sécurité n'avait pas été enlevée. A la dernière tirade, il se mit à applaudir tout en avançant pour sortir de la foule des anonymes. Un applaudissement lent qui marquait un certain mépris tandis que son visage restait désespérément vide de la moindre émotion.

- Mais fais-toi donc sauter le caisson ma belle, dit Jules sur le ton de l'invitation, la voix emprunte d'un profond sarcasme. Vas-y, penses bien à la gueule de ton mec et à la tienne. Sauf que j'te rappelle que dans l'histoire vous êtes pas tous seuls, poursuivait-il en montrant April et Tim du doigt. Mais joues les héroïnes, les martyres, ça rendra très bien pour les gros titres du journal local, un bon gros drama des familles comme les américains adorent.

Il n'était plus qu'à quelques enjambées de la jeune femme. Il la regardait droit dans les yeux sans ciller, il était d'un calme presque inhumain, habitué à ce genre de situation depuis qu'il était en âge de dealer. D'autant que là, il n'y avait pas vraiment de risque, il le savait.

- T'as attendu trois ans, tu peux bien attendre encore, sauf si tu crois que t'es au dessus de tout le monde, poursuivit l'Anglais. Sauf que je vais t'apprendre un truc, t'es au dessus de personne.

Il fit encore un pas ou deux, en direction d'April, le regard toujours plongé dans le sien. Une abyme si profonde qu'elle pouvait sans doute voir l'enfer entrain de brûler de milles feux. Peut-être qu'elle pouvait même entendre les cris des âmes que Jules avait arraché au monde des vivants. Et puis, soudain, avec la fureur d'un fauve, il saisit la main qui tenait l'arme. Avec force, il appuyant entre l'index et le pouce de façon à ce que ce mouvement entraîne la totalité du bras dans le dos d'April. Volontairement il lui faisait mal aux doigts pour lui faire relâcher l'arme par réflexe musculaire. Immobilisé de cette façon, si elle se débattait, il pouvait à loisir lui démettre l'épaule. Pour le bien-être de la jeune femme, il était préférable qu'il ne le fasse pas, parce qu'il n'aurait aucune hésitation. Là, il lui murmura quelque chose à l'oreille.

- J'ai autant envie de savoir que toi se que ce connard de Faucheur nous réserve, mais si on te colle une entrave pour enquête, tu risques de retourner à la case départ, chuchota-t-il d'un ton étrangement plus doux alors qu'il surveillait autour d'eux pour être sûr qu'on ne les entendrait pas.







❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Jeu 25 Jan - 8:09

Il est parfois comique de se rendre compte qu’une crise d’hystérie n’a parfois rien d’hystérique. Voilà ce que Capucine vient de subir ; le cerveau qui arrête brutalement de fonctionner, et le symptôme physique d’une souffrance mentale. Ce n’est qu’un bref évanouissement, une brève perte de contrôle. Fort heureusement, la tête ne cogne pas trop fort, n’occasionnant pas de traumatisme crânien sévère. Fort heureusement, Eileen n’est pas trop loin. Fort heureusement, Aaron est là, lui aussi. Capucine ne peut pas le savoir à cet instant, mais elle vient de s’endetter vis-à-vis de cet ancien ami, comme si leur relation ne voulait jamais totalement se finir. Car c’est lui qui a eu le bon réflexe, celui de confier Hugo à sa tante, de le mettre à distance de ce spectacle. Lorsque la française reprend connaissance, c’est le visage de cet ami qu’elle croise en premier. Ses oreilles bourdonnent, son cœur s’est accéléré, et l’envie de pleurer lui barre la gorge. Alors elle fait la seule chose capable de l’aider à se calmer, en s’accrochant à Aaron de toutes ses forces, le visage blotti dans le cou de cet ancien ami. Elle se fait violence pour ne pas pleurer. Elle se fait violence pour ne pas hurler. Elle a conscience que son fils est là, et qu’elle ne doit pas craquer devant lui. Et c’est une petite voix qui lui fait lâcher l’étreinte du blond. « Aide-moi à me relever, Aaron, s’il te plaît. » demande-t-elle, après avoir posé un baiser aussi délicat que discret sur la joue de l’homme.

Ses jambes lui paraissent en coton, sa tête lui tourne, mais le visage tracé d’anciennes larmes de son fils lui donne la force de ne pas s’écrouler de nouveau. Tendrement, elle vient le serrer dans ses bras, et le petit s’accroche aussi fort qu’il le peut à sa mère. « Ca va, Hugo, tu vois ? Je vais bien. » lui murmure-t-elle, pour le rassurer. Et, quand les éclats de voix quelques mètres plus loin lui parviennent, son seul et premier réflexe est de sortir son téléphone, de mettre la musique préférée de Hugo et de lui mettre les écouteurs dans les oreilles, pour le couper de ce moment. Un moment qu’un petit garçon de presque trois ans n’a pas à subir. Et Hugo se blottit contre sa mère, la peluche offerte par sa tante remontée sur le visage ; se couper de la réalité est un besoin pour lui aussi, actuellement, et c’est compréhensible. La foule n’est pas assez dense pour cacher le spectacle. L’hôte en sang. April avec une arme sur la tempe. La mâchoire de Capucine se crispe. Mais elle a changé, depuis l’hôtel ; elle n’aurait pas hésité, avant, à aller au cœur de l’action. Aujourd’hui, elle veut juste la fuir. Elle fronce à peine les sourcils lorsqu’elle reconnaît Jules. Visiblement, l’histoire se répète, mais elle refuse d’y prendre part. « Je ne peux pas conduire, j’ai la tête qui tourne… Je… Aaron, est-ce que tu pourrais nous emmener loin de tout ça ? Je… Ca ne sert à rien de rester là, et ce n’est pas un spectacle pour un gamin de deux ans et demi… » Elle jette un regard à sa belle-sœur. « Ce n’est un spectacle pour personne. J’aimerais aller chez mes parents. Sean connaît l’adresse, et Hugo se sentira en sécurité. Et moi aussi. Eileen, si tu veux venir… »

Elle veut partir d’ici. Peu importe ce qui se passera ensuite, le plus important est de mettre son fils en sécurité. Et de se mettre elle-même en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Jeu 25 Jan - 13:44

La jeune femme se rue dans les bras du blond pour apaiser sa peur, faire passer sa crise, sa panique, et lutter contre les sanglots qui persistent à vouloir sortir. Aaron le sent aux ongles de la française qui font des plis dans son imperméable, accompagnés à chaque fois d’une pression du visage aux traits fins de celle qui fut comme sa sœur dans le cou emmitouflé d’une écharpe de l’ex-architecte. La voix fébrile, Capucine parvient à murmurer quelques mots à l’oreille du blond, ponctués par un baiser délicat sur sa joue. Déplaçant ses mains de manière à en avoir une sur la hanche de la femme et une autre sous son bras, il l’aide à se remettre sur pieds en la retenant fermement pour éviter qu’elle ne chute à nouveau. Son instinct de mère ne faillit pas, et c’est vers son enfant qu’elle se précipite pour le saisir dans ses bras, dans une étreinte aussi forte que rassurante pour les deux. Aaron ne peut que l’envier, et ressentir de la jalousie à ce moment là.

Le regard d’Aaron croise celui d’Eileen pendant cette tendre scène en s’inquiétant pour la pâleur de son visage lors de son arrivée après l’évanouissement de Capucine, scène qui ne durera pas plus de quelques secondes. Aussitôt près de l’attroupement de la place, une voix s’élève parmi les autres. Une voix que beaucoup ici connaissent, autrefois connue pour chantonner à tue-tête dans les couloirs du Crescent Hotel, aussi contradictoire que la torture qui se déroulait parallèlement dans le même lieu. April prend la défense de l’Hôte, ardemment puisqu’elle ne tarde pas à se saisir de l’arme d’un officier qui contient la foule derrière elle et se la poser sur la tempe après avoir pointé du canon deux des piliers de l’affaire sur le Faucheur et le Crescent Hotel. L’attention d’Aaron sur la scène est coupée par l’intervention de Capucine juste après l’appariation de Jules dans le cercle entourant les protagonistes. Elle désire s’en aller, la scène ne convenant absolument pas à Hugo, tout comme elle ne convient probablement pas non plus à sa mère, sa tante et Aaron lui-même. « Je veux bien vous emmener tous autant que vous êtes, mais il faudrait qu’on retrouve Sean d’abord non ? Ou alors on va chez moi le temps que vous le joignez, comme ça Hugo sera au chaud, toi aussi Capucine. Eileen aussi bien entendu. » Le blond regarde ses trois interlocuteurs à tour de rôle avant d’ajouter. « Par contre je suis venu à pied, mais je n’habite pas très loin. » ajoute-t-il les lèvres pincées, avant de s’empresser d’ajouter. « Mais je peux te porter si tu ne te sens pas en forme Capucine ! Je reste en forme pour mon âge… Et je suis sûr qu’Hugo trouvera facilement refuge dans l’étreinte de sa tante. »

Entamant la descente des marches en retenant avec à la fois fermeté et douceur le bras de Capucine, Aaron se met à réfléchir à la possibilité de fuir. D’un regard jeté vers la foule, il voit Jules au-dessus d’April, couchée au sol en face de son bien-aimé ensanglanté. Fuir de cette scène qui ne donne absolument pas envie de rester. Fuir de l’emprise du Faucheur. Fuir de cette ville dans laquelle on ne peut se sentir qu’enfermé à huis clos, de nouveau. Fuir de cet État pour retrouver sa fille. Fuir pour tout quitter, et tout recommencer. Malgré tant de divagations, la seule réalité qu’il parvient à faire ressortir, c’est que le groupe ne passera peut-être pas même les limites de la place de la mairie. Après tout, ils sont sur une scène de crime.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'hôte
Messages : 289
Arrivée sur HC : 17/08/2011
Emploi/loisirs : Sans emploi

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Jeu 25 Jan - 20:42

Événement no. 1
▴ They are the hunters, we are the foxes. We run. ▴
Après avoir dit au chevalier blanc ce que je sais, je regarde April, espérant qu’elle comprenne que j’étais là pour elle. Les autres, je m’en moque éperdument. Aucun d’eux ne se soucie de mon état. Aucun d’eux ne veut me voir ici, dans la même ville qu’eux. Personne, sauf elle. Mon regard se repose sur l’agent fédéral quand  il s’approche de moi pour s’accroupir et me répondre. J’hoche la tête pour acquiescer à ce qu’il me dit. « Ne baissez pas votre garde, agent Stewart. Cette mise en scène, bien que digne du Faucheur, n’est rien à côté de ce qu’il est capable de faire. » Encore une fois, je me met à tousser, plaçant du mieux que je peux mon bras devant ma bouche. J’en tache la manche de ma veste avec mon sang.

Stewart demande alors à ma belle de s’éloigner de moi, et la médecin insistes. Évidemment, April réagit exagérément. Même moi, je sursaute à la gifle qu’elle donne à l’agent. Je ne m’attendais certes pas à cette attitude de sa part. Elle a beau prendre sa médication, elle ne contrôle sans doute rien à son comportement. Elle ne peut les gérer. Évidemment, si elle ne les comprend pas, c’est impossible. Nous allons devoir travailler cela.

« April… » Je ne montre aucun signe d’amusement face à la scène qui débute à peine. Elle entre dans un état d’hystérie et je n’arrive à rien faire dans mon état alors qu’elle se lève et leur crie qu’elle a attendu trois longues années à l’attendre avec pour seule compagnie deux amies négligentes. Elle leur raconte alors que j’ai été une victime du Faucheur. Elle tient vraiment à me défendre corps et âme et c’est là qu’avec stupeur, je réalise l’ampleur de ses sentiments pour moi.

Il faut dire que l’arme qu’elle vole à cet agent de police et qu’elle pointe sur sa tempe est aussi une magnifique preuve. C’est maintenant que je trouve la force de me lever, l’adrénaline prenant le dessus. Du revers de ma manche, j’essuie péniblement le sang qui coule encore de ma bouche. Avant que je ne puisse faire quoi que ce soit par contre, la pièce de résistance de cette scène digne d’un film policier fait son apparition : Jules Williams. À voir les regards de Rachel Newman et de sa progéniture, je comprend qu’il n’est là que depuis peu. Sans surprise, il maîtrise April d’une main de maître, lui faisant tomber son arme. Évidemment, je n’ai aucune confiance en lui, sachant bien qu’il a fait coulé le sang beaucoup trop souvent, mais ce qu’il dit à April fait tout son sens. Voyant l’arme au sol, l’agent qui se l’est fait prendre la ramasse pendant que moi j’affiche un regard triste à ma belle blonde. « April, c’est tout à fait normal que je sois leur principal suspect. Ils n’ont sans doute rien trouvé depuis votre fuite de l’hôtel. Je suis leur seule piste. » J’essaie de me montrer le plus réconfortant possible, si je sais seulement ce que ça implique de l’être. « Je suis désolé de ne pas avoir été là pour toi avant. Ne t’en fais pas. Tu me reverras plus vite que tu ne le crois. Je ne fuis plus maintenant. » Évidemment, je sais qu’elle ne s’en sortira pas sans problèmes. « Respires un bon coup maintenant. Fais ce qu’ils te diront et tout ira bien, d’accord? Fais-moi confiance. »

Je n’ai aucune idée de si mes paroles ont été suffisantes. Néanmoins, je ne peux pas en faire plus. L’ambulance arrive déjà et les renforts policiers arriveront certes bientôt. Je regarde ensuite Jules. Une part de moi est satisfait de le voir ici. Dans l’Hôtel, il était sans doute mon client préféré, le plus calme et le plus mystérieux. Celui qui était en fait dans un club med, et non une prison. Bientôt, les ambulanciers me rejoignent avec une civière.

- made by l.mactans -






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huisclos.forums-gratuits.fr
avatar
Administratrice
Messages : 1005
Date de naissance : 12/07/1989
Arrivée sur HC : 19/08/2011
Age : 29
Emploi/loisirs : Étudiante en profilage criminel

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Jeu 25 Jan - 21:53

Événement no. 1
▴ This is why we can't have nice things ▴
Mes yeux se posent un bref instant dans le bleu des siens. Son regard ne suffit cependant pas à apaiser ma douleur. J’ai mal au coeur; il se brise. J’ai mal au corps. Rien qu’à voir les plaies visibles de l’Hôte, j’arrive à deviner quels sont les coups qu’il a reçu, voire comment, et la sensation qu’il a eut. J’ai envie de m’effondrer, mais la seule chose me gardant debout, c’est mon fils qui me serre fort dans ses bras. Doucement, je ferme les yeux pour profiter de lui. Contrairement à Capucine, je n’ai aucun moyen de protéger mon fils de ce spectacle. Il est trop tard.

Mon regard triste s’ouvre à nouveau quand le nom d’April est mentionné. La première chose que je vois c’est elle qui giffle Andrew. Je sursaute avec Dylan dans mes bras. J’ai l’impression de prendre la claque moi-même. J’ai l’impression que Brandon vient de m’en flanquer une. J’ai mal pour Andrew. J’ai presque la joue engourdie de douleur. Mon visage pâli un peu tandis que j’écoute les mots d’April. Elle entre dans une hystérie époustoufflante. Je ne la savais pas capable d’une telle violence. Ses mots aussi sont blessants. Ne vient-elle pas de nous reprocher à Capucine et moi de nous occuper de nos familles plus que d’elle ? Mon visage vire presque au gris, mais mes sourcils se froncent. Honnêtement, ça fait mal. Je ne vais quand même pas m’excuser d’être une mère de famille monoparentale, qui plus est de retour aux études. Non, je n’ai pas toujours le temps. J’ai parfois l’impression de ne pas avoir le temps de dormir.

Je suis blessée dans ma condition d’amie. J’ai peur qu’elle est raison et que j’aie été négligente. Je me remet en question alors que je ne le devrais pas. Je le sais bien, mais c’est plus fort que moi. J’ai l’habitude de me remettre en question. L’habitude de tomber de haut. Le nuage sur lequel je flottais en début de soirée était disparu, et m’avait laissé tombé en enfer, encore…

Je lui en veux. Je sens de la colère en moi alors que j’écoute chacune de ses paroles, mais ma colère s’estompe quand je la vois pointer cette arme sur sa tempe. Je ne veux pas qu’elle se fasse du mal pour notre geôlier, celui qui a emprisonné son coeur. Je lui en veux, mais je l’aime malgré tout. Elle est mon amie, bien qu’après cette histoire, nous risquons de nous faire la tête. C’est alors que quelqu’un s’avança dans la foule, l’invitant à appuyer sur la gachette. Cette fois, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. « Maman… Dis-moi que je rêve ! » J’entends Dylan, si bien que je l’entend presque insulter Jules dans sa tête. Oui, c’est lui. Jules. L’ami britannique qui nous avait laissé devant l’hôtel, juste après m’avoir embrassé.

Mon coeur se serre tandis que je sens les muscles des bras de Dylan se contracter. Il vient de serrer les poings. Pendant que Jules maîtrise, sans grande surprise, April, je resserre mon étreinte autour de mon fils qui se met à trembler lui aussi. Ça y est. Les rôles sont inversés. Je reprend sur moi désormais. Je n’ai plus le choix. « Dylan. » Je le force à se retourner et me regarder pendant que l’ambulance arrive. « Trésor, regardes ici. Je comprends, d’accord? Ça ira. » Il ne fait que hocher la tête avant de repasser ses bras autour de moi. « Je veux rentrer. » À mon tour d’hocher la tête. Je pose un regard blessé sur Jules. « On va rentrer bientôt, ne t’en fais pas. »

- made by l.mactans -







Make sure it's all perfect



Dernière édition par Rachel Newman le Mer 11 Avr - 11:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 251
Date de naissance : 21/09/1984
Arrivée sur HC : 25/12/2014
Age : 34
Emploi/loisirs : Agent du FBI

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Sam 27 Jan - 6:13


La surprise avait été plus grande que la douleur, même si ma collègue semblait l'avoir vu venir, moi pas vraiment. J'aurai pu m'en douter, mais je ne connaissais pas spécialement le dossier médicale de April. Je n'avais pourtant pas bronché, sentant une chaleur vive irriter et chatouiller mon épiderme. Le spectacle qui en suivis aurait mis n'importe quoi en panique, mais il m'incombait de garder mon calmer, rester maître de moi même pour ne pas aggraver la situation. Dans mon esprit, je notais déjà tous les délits qui allaient porter sur la blonde, cela risquait de faire tâche, mais dans la vie il fallait apprendre à assumer ses erreurs.

Tout se passa beaucoup trop vite à mon goût, elle était dangereuse pour elle et pour les autres. Il n'était plus temps de réflexion, tout se passait à la seconde, mais rien ne permettait de trouver une ouverture pour intervenir. Il fallait quelque chose pour détourner son attention. Cette chose ne tarda d'ailleurs pas à faire son apparition. Un homme, la trentaine, mal rasé, l'air d'avoir passé du temps en pleine nature, était sorti de la foule et faisait preuve d'un calme et d'un sang froid presque déroutant. Mais dans ces mots, il était d'une violence incroyable, provocateur. A n'en pas douter, il semblait avoir déjà fait face à des situations pour complexe que celle-ci et plus étrangement... Il avait l'air de connaître April. Je ne savais pas encore à ce moment là, mais je risquais fort de m'intéresser à son cas dans les temps à venir...

En à peine quelques secondes il avait maîtrisé la jeune femme, mais à mes yeux il ne s'agissait nullement de courage. C'était autre chose. Lentement, je m'approchais pour aller récupérer l'arme à feu maintenant qu'elle n'était plus en possession d'April. Je la rendis à l'officier qui me tendit des menottes en échange, de nouveau je me dirigeais vers April.

- Miss Carter, je regrette mais je me vois dans l'obligation de vous arrêter pour outrage à agent, mise en danger de la vie d'autrui et entrave à une enquête fédérale, dis-je d'une voix ferme. Vous avez le droit de garder le silence, tout ce que vous direz pourra et sera retenu contre vous.

Presque machinalement, toujours méfiant, je lui passais les menottes aux poignets, entendant déjà les sirènes de l'ambulance au loin. Ce n'était plus qu'une question de temps, il fallait à présent dissiper la foule des badauds qui avaient assister à cette triste scène. Je fis signe aux policiers présent de se charger de les faire partir, il n'était plus temps de se donner en spectacle. Je regrettais que les choses se soient passé ainsi, pourtant il me fallait comprendre que ce n'était que la première d'une pièce qui allait se dérouler ici à Little Rock.







On se demande toujours pourquoi on n'a pas agit sur l'instant. On regrette bien souvent de n'avoir rien fait alors qu'on le pouvait. Moi je regrette d'avoir agit parce que tout cela ne serait pas arrivé.
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice
Messages : 355
Date de naissance : 02/12/1968
Arrivée sur HC : 08/06/2013
Age : 49
Emploi/loisirs : Psychiatre

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Sam 27 Jan - 6:35


Alice n'avait rien manqué de tout ça. Tout comme son collègue elle n'en fut pas étonné, même si elle s'attendait davantage à prendre la gifle, sachant comme April avait du mal à encadrer la psychiatre depuis le début. La new-yorkaise était restée aux côtés de Mr Parker, eux deux aux premières loges de tout cela. Si pour beaucoup cette histoire avait tout d'un drame, elle n'en perdait pas une miette, analysant les réactions de chacun avec beaucoup d'intérêt, que ce soit ceux sous ses yeux ou bien la foule des anonymes. C'était un cas d'école comme on avait rarement la possibilité d'y assister. L'intervention d'un civil mit rapidement fin au scandale et à l'hystérie. Cela était tout bonnement... Fascinant. Alice observait avec beaucoup d'intérêt, dans le seul but de comprendre ce qui était entrain de se passer. Elle avait davantage l'impression de voir un grand fauve qu'un humain. C'était étrange comme impression.

Là, elle remarqua la réaction de Rachel et de son fils non loin de là. Elle voyait la jeune femme en proie à des démons qui n'avaient pas refais surface depuis un moment. Il y aurait matière à développer lors de leur prochaine rencontre. Car c'était certain à présent, elle allait faire comble dans sa salle d'attente dans les jours à venir. L'agent Stewart ne tarda pas à reprendre la main, menottant April comme il avait dû le faire pour de nombreux suspects auparavant. Alice reporta son attention sur Tim, posant une main sur son épaule, à nouveau elle observait ses blessures pour voir s'il n'y avait rien d'autre. Il allait souffrir pour plusieurs jours, c'était certain.

- Je vais vous accompagnez à l’hôpital, dit-elle. Vu votre état il est préférable de ne pas vous laissez seul.

Il n'aurait peut-être pas envie de parler sur la route, mais Alice se sentait responsable de lui pour le moment et un soutient psychologique ne serait pas de trop après tout ça. D'autant que le milieu médical n'avait pas vraiment de secret, elle saurait guider les infirmières et les aides soignants pour s'occuper au mieux de ce corps meurtrie. Dans le fond, heureusement qu'elle avait choisi de venir à la mairie ce soir, qui sait ce qui aurait pu se passer de pire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumesauvage.tumblr.com/
avatar
Joueuse
Messages : 680
Date de naissance : 27/12/1982
Arrivée sur HC : 20/06/2012
Age : 35
Emploi/loisirs : Pigiste

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Sam 27 Jan - 17:48

Eileen fut soulagée que Capucine reprenne rapidement conscience. Elle prenait son rôle de tante très à cœur et avec grand plaisir habituellement, mais en ce moment, elle éprouvait des difficultés à gérer simultanément le débordement de ses émotions et les angoisses de son neveu. Heureusement, le petit comprit très vite que sa maman se portait bien. Capucine lui mit des écouteurs sur les oreilles, ce qui sembla à Eileen la meilleure idée pour isoler l'enfant des scènes violentes qui se succédaient.

Malgré sa peur de savoir ce qui se tramait sur la place du marché de Noël, Eileen ne pouvait pas s'empêcher de regarder. Ce fut ainsi qu'elle vit April, avec qui elle avait fait plus ample connaissance plus tôt dans l'année chez Capucine, gifler un agent puis se coller un pistolet sur la tempe. Si elle cherchait une preuve plus évidente de l'amour qu'éprouvait la jeune April Carter pour l'Hôte, Eileen pouvait s'arrêter là. La blonde était-elle vraiment sincère, ou carrément excessive ? En tout cas, une chose était sûre, Eileen et elle n'avaient pas vécu les choses de la même manière alors qu'elles étaient enfermées au Crescent Hotel. April avait tenté de lui expliquer, aussi posément qu'elle avait pu, ce qu'elle avait justement hurlé à qui voulait l'entendre peu avant (et qui n'avait échappé à personne alentour). Mais Eileen n'arrivait pas à comprendre. Pour elle, l'Hôte ne lui serait jamais sympathique.

Capucine manifestait son envie de s'éloigner de la scène. Eileen ne pouvait qu'être d'accord avec cette demande qu'elle faisait à Aaron de les emmener plus loin. Un peu en retrait, Eileen se sentit brusquement moins courageuse que le petit garçon qui avait la tête posée sur l'épaule de sa belle-sœur. Après avoir reçu un tel message du Faucheur, il lui faudrait rentrer chez elle, se coucher et s'endormir paisiblement ? Impossible. Ses peurs les plus viscérales referaient surface en moins de deux. Si elle pouvait passer la prochaine nuit en compagnie d'amis, quels qu'ils soient, ce serait avec grand soulagement qu'elle accepterait toutes les propositions d'hébergement qui lui seraient faites. Elle aurait peut-être la possibilité de mieux connaître Aaron, ce qui n'était pas un mal. Il inspirait assez de sympathie à Eileen, et ce n'était pas donné à tout le monde, étant donné son caractère méfiant.
- C'est gentil de me le proposer, Aaron. Je t'avoue que je veux moi aussi m'en aller d'ici rapidement. J'ai du mal à supporter de le voir là.
Eileen ne le nomma pas, mais Capucine et Aaron comprirent. Comme si, en le faisant, elle réveillerait complètement les vieux démons qu'elle s'efforçait chaque jour d'enterrer au plus profond de son être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joueuse
Messages : 431
Date de naissance : 06/02/1990
Arrivée sur HC : 31/01/2013
Age : 28
Emploi/loisirs : Coiffeuse

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Dim 28 Jan - 12:58

Il y a beaucoup trop de sentiment qui sont venus torturer April Carter. Sont corps ne parviens plus à suivre. La tristesse, l'affolement, le sentiment de trahison, la peur... Son corps n'en sait même plus ou se donner de la tête. C'est comme ça que la jeune femme entre dans une hystérie totale sans qu'elle puisse contrôler quoi que se soit. Alors qu'elle panique et exprime tous ses sentiments à la fois, une honte la ronge et lui hurle d'arrêter. Elle veut arrêter sans y parvenir. Sont regard croise celui de Parker alors qu'elle avait l'arme sur la tempe, appuyée sur la détente la démange, car c'est la meilleure solution pour en finir de suite de cette honte et de cette histoire. Revoir Tim la partage entre une joie et une colère que même son corps est incapable de montrer. Alors que son regard croise celui de Timothy, elle baisse la tête, un peu comme si elle avait compris ce qu'il essayé de lui dire dans ce regard sans le croire une seconde. Elle le fixe en faisant un non de tête, lui montrant qu'elle ne le croit pas, qu'elle ne le croit plus depuis qu'il a décidé de la laisser seule, livrer à elle-même. Elle finit par quitter son regard pour croiser celui d'un homme derrière elle. Sur le coup, elle ne le reconnaît pas, c'est seulement quand il s'adresse a elle qu'elle comprit. Jules, elle ne lui a jamais réellement adressé la parole à l’hôtel, mais il avait toujours ce petit quelque chose qui le rendait impressionnant. Sans qu'elle puisse s'y attendre elle se fait très vite maîtrisé et lâche l'arme que l'agent ramasse sans tarder. Elle se tourne en panique vers Jules et lui murmure en panique, c'est à peine si on pouvait comprendre ce qu'elle dit. Elle lutte, elle tente d'arranger les choses...

« Je ne contrôle rien ne me lâche pas... »

L'agent qu'elle a giflé lui met les menottes récitant machinalement la phrase basique d'une arrestation.

« Fais pas genre d'être désolée t'en a juste rien à foutre ! »

Malgré ces mots, elle se laisse faire, alors qu'elle commence doucement à se calmer, elle voit le docteur Ravenwood rester près de Parker, allant même jusqu'à se donner la liberté de l'accompagner à l'hôpital alors qu'on venait de lui interdire. Son corps flanche de nouveau et April se met à hurler.

« SALE PUTE ! C'EST TOI QUE J'AURAIS DÛ GIFLER SALOPE ! »

Tant de vulgarité sortant de sa bouche, la honte qu'elle éprouve à cette énervement calme de suite la jeune femme choquée par sa propre réaction. Son visage exprime ce choc et la fait tomber à genoux. Le Faucheur voulait du spectacle et bien, il l'a eu. Elle en vient même à penser que Timothy à collaborer. Lui qui est si fort, si intelligent à ses yeux, comment est-ce qu'il a pu soudainement se faire prendre et laissé tabassé pour se faire jeter ici ? Elle finit par se laisser tomber au sol épuisé par toutes ces émotions et fond en larmes. Tel qu'un pantin, elle se laisse emmener par les forces de l'ordre sans broncher ni dire un mot ou adressé un regard à qui que se soit. Elle pensait avoir retrouvé Tim, mais il en est rien. Il l'a abandonné et continue à aider le Faucheur. Au départ, elle a toujours pensé qu'il faisait ça par obligation maintenant elle en doute. 






What am i feeling?
Is it meant to make your inside ache? Meant to make your chest go tight? Meant to make you sweat and shake? How could anything like that be right?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 479
Date de naissance : 21/02/1983
Arrivée sur HC : 02/01/2013
Age : 35
Emploi/loisirs : Coach (lycée) / Tueur à gage

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Mar 6 Fév - 7:33


Tout aurait pu être pire. Voilà ce qu'il fallait garder en tête, tout aurait pu être pire. Mais le froid polaire avait engourdi pour un temps encore la violence animale qui courrait dans les veines du britannique. Les murmures d'April lui tombèrent dans l'oreille mais il faut comme s'il n'avait rien entendu, comme s'ils n'avaient jamais eu cet échange. C'était comme un tour de magie, détourner l'attention des spectateurs pour pouvoir agir sans se faire remarquer. Jules passa la main à l'agent fédéral pour le laisser passer les menottes à la jeune femme. Lui se retira lentement pour laisser le show continuer. L'ambulance venait enfin d'arriver, les gens commençaient à se disperser sous l'impulsion des officiers de police qui sécurisaient la zone. L'occasion lui de s'éclipser. Il n'avait aucune raison de rester, il savait maintenant que ce n'était pas Rachel qui lui avait envoyé ce message. Il aurait dû le deviner, mais il en avait été incapable.

Lentement, Jules s'était laissé emporter par la foule des inconnus qui s'était dissoute lentement. Pourtant, il peinait à quitter l'endroit, restant en retrait de façon à pouvoir observer au loin ce qui se passait. Il entendait à nouveau la voix d'April au dessus des têtes innocentes. Des sirènes de police venaient bientôt s'ajouter à la complainte urbaine. Mes ses yeux étaient portés sur Rachel et Dylan. Il ne les avait pas vu depuis si longtemps. Dylan était devenu grand. Dans sa tête, c'était encore un petit garçon à qui il racontait des histoires de dinosaures. L'Anglais savait qu'il devait partir à nouveau... Mais il savait aussi qu'il ne devait pas le faire, pas cette fois. Avec le retour du Faucheur dans leur vie... Ils auraient sans doute besoin de lui. Il devait rester dans le secteur. Mais il ne s'en voulait pas de ne pas leur avoir donné de nouvelles, ça avait toujours été son plan, il n'avait jamais voulu qu'ils sachent la vérité, ce n'était pas le genre d'homme qu'on devait laisser entrer dans sa vie.

Son esprit était déjà parti ailleurs, il réfléchissait à l'avenir proche. L'animal allait devoir reprendre du service, comme il l'avait dit à April, lui aussi il voulait savoir.







❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 120
Arrivée sur HC : 20/08/2011

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   Ven 9 Fév - 16:03

FIN DE L'ÉVÉNEMENT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Event #1 - Soirée de Noël   

Revenir en haut Aller en bas
 
Event #1 - Soirée de Noël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Event 1] Soirée d'intégration
» [EVENT TERMINE] Soirée de rentrée de l'AWH
» [EVENT HRP] Soirée Chatbox
» EVENT: La soirée d'un Mikaelson
» [EVENT] La soirée de la Saint Patrick

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Huis Clos :: Little Rock :: Centre-ville :: Mairie-
Sauter vers: