AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A l'ère du Jurassique » dylan m.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Administrateur
Messages : 491
Date de naissance : 21/02/1983
Arrivée sur HC : 02/01/2013
Age : 35
Emploi/loisirs : Coach (lycée) / Tueur à gage

MessageSujet: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Lun 19 Mar - 20:07


A l'ère du Jurassique
dylan meyers — jules a. williams

8 Janvier ; 15h46
Le ciel était gris, le fond de l'air frais. Pas vraiment l'envie et le moment de traîner dehors quand il faisait meilleur chez soi. Pour Jules, ce climat était peut-être un poil trop chaud. Il avait fini par s'habituer au froid de l'Alaska où même en été il faisait rarement au dessus de 20°C. Il avait aussi encore beaucoup de mal avec le décalage horaire, oubliant parfois qu'il avait quelques heures d'avance sur Deadhorse. Il avait un rythme de vie, beaucoup plus tranquille que la plus part des citadins de Little Rock. Le Britannique s'était d'ailleurs levé y a pas si longtemps que ça et il était déjà en quête de quoi constituer un petit déjeuné. Il laissait ses pas le guider tandis que son estomac et son cerveau étaient en grande concertation pour savoir de quoi il avait envie. Quelque chose ce sucré, ça c'était une certitude. Il s'était arrêté devant un café qui servait également différents encas sucrés et salés, voire même les deux en même temps. Jules se passa une main dans la barbe, signe d'une intense réflexion. Il finit par entrer et commanda un cappuccino et quelques viennoiseries, le tout à emporter. Une fois la commande payée et emballé, il sorti de la boutique et retourna dans la rue. Café à la main, paquet sous le bras, il sirotait la boisson chaude tout en prenant la direction de l'endroit où il séjournait depuis son arrivée.

Jules observait les gens, le trafic. D'une certaine façon, il surveillait les lieux plus par habitude que par réelle crainte de quoi que ce soit. Il y avait certains comportement dont il était difficile de ce défaire, celui là en faisait intégralement parti. Ce prédateur qui n'avait jamais apprécié être la proie et qui ne se comportait jamais comme tel. Jamais il ne se laisserait réduire à l'état de victime, jamais. Peut-être par orgueil ou parce qu'il ne savait pas bien ce que cela pouvait signifier, lui qui avait toujours été dans le camp des dominants. Lui qui avait appris à garder la tête haute dans le malheur et qui finalement ne savait pas non plus ce qu'était la réelle tristesse, la perte de contrôle sur sa vie. L'homme avait toujours suivis le mouvement, s'était laissé porter par le courant plutôt que de lutter contre. Ce jour là encore, il suivait le mouvement, se fondait dans les déambulations des citadins. Son pas était tranquille, lui laissant le temps de regarder quelques vitrines en passant, sans forcément y porter un grand intérêt. C'était surtout pour se rappeler de la vie en ville, lui qui n'avait vu que des étendues blanches pendants plusieurs mois, et une nuit sans fin pendant plusieurs autres…

Il finit par s'arrêter à nouveau, devant une boutique d’antiquités. Dans la vitrine, un globe terrestre d'allure assez ancienne. Difficile de savoir de quelle époque il pouvait bien dater. Peut-être du XVIIIème siècle. Jules n'était pas vraiment un connaisseur en matière de vieilleries, il savait juste que certaines avaient bien plus de valeurs que d'autres. Alors, un instant, il se laissa voyager un peu, se demandait à qui avait bien pu appartenir cet objet. Tout à côté, une longue vue qui n'était pas non plus de première jeunesse. Sur la petite étiquette qui y était attachée on pouvait y lire : East India Company 1796. Tiens, il venait donc de trouver un compatriote ici aux États Unis. Jules eut un sourire. L'objet avait dû appartenir à l'un des capitaines qui servaient la compagnie des Indes. Qui sait ce que cette longue vue avait bien pu voir avec les siècles. Elle semblait de bonne facture. Il faudrait qu'il s'intéresse un jour à l'histoire et ses vieilleries, derniers témoins d'une époque révolue.







❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 49
Arrivée sur HC : 06/03/2018

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Jeu 22 Mar - 15:51

L’anniversaire de maman arrivait bientôt et je n’avais toujours rien trouvé à lui offrir. J’avais passé l’âge de lui faire un joli dessin, ou prendre l’initiative de lui offrir un petit déjeuner au lit. Je voulais pouvoir lui offrir un cadeau comme les grandes personnes font. J’étais assez grand et je gagnais ma propre argent de poche à la maison. J’aurais dû arriver à lui trouver quelque chose d’intéressant. Et pourtant…

L’école venait à peine de recommencer. Au moins, j’avais une excuse pour sortir et aller faire le tour des magasins. Enfin… j’y allais après l’école. S’il avait fallu que je manque une journée, ma mère n’aurait pas été contente et à ce moment, la dernière chose que je voulais c’était la mettre en colère. Elle était triste, et impuissant comme j’étais, le mieux que je pouvais faire était d’essayer de l’aider et de la rendre fière. Peut-être aussi détester mon père. Ce lâche étant revenu de nulle part, je savais que ma mère avait peur de me perdre, sans oublier le retour du Faucheur.

Quand la cloche a enfin sonné, je suis sorti précipitamment de la classe pour mettre mon manteau, prendre mon sac et sortir. Je me suis dépêché à me rendre à une boutique d’antiquité que j’avais remarqué la veille mais dans laquelle je n’avais pas pu me rendre. Je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais, vraiment. Je n’étais même pas certain de savoir ce que le mot “antiquité” voulait dire. J’ai fait le tour de la boutique et j’ai trouvé un truc intéressant, mais le prix était très loin de mon argent de poche. J’en aurais eu pour des années à économiser, alors autant oublier.

Quand je suis sorti, je suis tombé alors sur lui. Sur le coup, mon regard s’était agrandie de surprise, mais ensuite mes sourcils se sont froncés, comme je me souvenais tout à coup que je lui en voulais. L’abandon que j’avais ressenti après son départ, mais qui m’était sauté au visage quand je l’ai vu à Noël… J’avais beaucoup de peine et je ne me sentais pas prêt à l’affronter. Pourtant, je n’ai pas fui. Je suis resté là à l’observer. Il regardait une espèce de longue vue qui ressemblait à celle que j’avais vu dans un film.

Je me demande alors quelles histoires de pirate il aurait inventé si je lui avais demandé quand j’étais enfant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 491
Date de naissance : 21/02/1983
Arrivée sur HC : 02/01/2013
Age : 35
Emploi/loisirs : Coach (lycée) / Tueur à gage

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Dim 25 Mar - 17:39


La porte de la boutique s'était ouverte sans que Jules ne lui témoigne la moindre attention. Il continuait d'observer les objets dans la vitrine. Certaines semblaient prendre la poussière depuis des années, peut-être avaient-ils connus plusieurs propriétaire avant de finir là, aux yeux et à la vue de tous sans que personne n'ait à s'en soucier. Mais une silhouette vint perturber le champ de vision latéral du Britannique. Une tâche immobile qui occultait le mouvement de la foule qui arrivait de ses côtés là. Jules n'aimait pas qu'on lui bouche la vue, surtout dans un lieu public ou tout pouvait arriver. Il tourna alors la tête pour voir qui ou quoi pouvait bien interférer avec son angle de vue.

C'était Dylan. Il avait tellement grandit. Le Britannique resta l'observer, sourcil arqué pour marquer sa surprise de le voir devant lui. Il était vrai que ce jour il ne s'était pas attendu à voir le fils de Rachel dans les rues de Little Rock, quand bien même il résidait dans cette ville. Était-il seulement sincèrement surpris ? Non, pas vraiment. Quand bien même il l'aurait été, extérieurement il n'aurait même pas chercher à l'exprimer. Il allait s'en dire que Jules n'avait jamais réellement été quelqu'un de très... démonstratif.

- Salut gamin, dit-il simplement avant de le regarder de la tête aux pieds.

Avait-il envie de lui dire autre chose ? De lui poser des questions ? Peut-être. Mais pour l'heure il n'avait pas vraiment envie de savoir. Aux yeux de Dylan, il devait être vaguement un étranger, un souvenir. Après tout quand il était parti, c'était encore un enfant. Aujourd'hui il entrain à peine dans l'adolescence, il savait comme les souvenirs avaient tendance à s'effacer. Au première vue il avait l'air d'aller bien, c'était l'essentiel aux yeux du Britannique. Si avec les enfants il savait à peu près y faire, passer 10 ans il avait tendance à les considérer comme des petits humains. Tout de suite, il devenait un peu plus abrupte, moins attentif. Sans doute le serait-il aussi avec Dylan.







❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 49
Arrivée sur HC : 06/03/2018

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Mar 24 Avr - 1:42

Je ne sais pas si je me sens triste ou insulté que Jules agisse comme si rien ne s’était passé. A-t-il seulement oublié qu’il nous a abandonné au moment où nous étions sans doute le plus vulnérable ? « Jules… » Toutes mes émotions traversent mon visage. Je n’essaie pas de les cacher. Ça fait trois ans, certes, mais je me souviens encore. La suie sur mes vêtements, sur la robe blanche de ma mère également. Dans nos cheveux, sur nos visages. Les larmes silencieuse quand on l’a regardé partir avec l’autre monsieur. Au moins, l’impression que m’a laissé Andrew quand il nous a rejoint m’a largement changé les idées, mais ça ne change pas le fait que Jules m’a manqué.

En fait, c’est toujours le cas. Il me manque comme je manque d’un père. J’ai toujours eu de l’admiration pour lui, et encore aujourd’hui, même si je refuse de me l’avouer, j’en ai encore. D’ailleurs, voyant l’objet qu’il admire, je me demande quelle histoire il saurait me raconter. Je ne lui demande rien pourtant. Rien, sauf cette question qui me démange depuis Noël. « Qu’est-ce que tu fais ici? » Je vois bien ce qu’il est en train de faire, et je réalise que ma question n’est pas assez claire. « À Little Rock, je veux dire. Qu’est-ce qui t’amènes soudainement. » Évidemment, je lui ai posé une question dont la réponse ne me plaira sans doute pas. Je sais que j’ai l’espoir qu’il me dise qu’il est revenu pour ma mère et moi, mais je sais que j’espère en vain. Il serait venu avant si ça avait été pour nous. Je ne peux cependant pas secouer ce sentiment à l’intérieur de moi. À mes yeux, il est toujours mon Monsieur Dinosaure, que je le veuille ou non. J’ai sans doute hérité de l’amour aveugle de ma mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 491
Date de naissance : 21/02/1983
Arrivée sur HC : 02/01/2013
Age : 35
Emploi/loisirs : Coach (lycée) / Tueur à gage

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Lun 21 Mai - 16:44


Dans un autre monde, un autre contexte, Jules se serait sans doute contenté de passer son chemin, de ne pas se confronter à cet enfant qu'il n'avait pas vu depuis trois ans. A quoi bon ? De toute façon ce n'était pas comme si c'était le sien. Pourtant il restait là à l'observer sans vraiment savoir s'il fallait s'attendre à quelque chose. Sans doute fallait-il mieux ne s'attendre à rien, il y aurait moins de déception pour Dylan. Pour Jules il n'avait aucune attente particulière, il ne s'était déjà pas attendu à ce que le gamin le reconnaisse. Aussi, le britannique restait-il impassible, indescriptible. Il allait s'en dire que pour une fois, il ne s'était pas préparé à ce cas de figure. Lui qui avait l'habitude de jouer les fantômes. La question finit par tomber tandis qu'il voyait dans le regard de l'adolescent défiler une myriade d'émotions sans qu'il semble parvenir à en choisir une.

Qu'est-ce qu'il faisait là ? A Little Rock. L'Anglais n'avait pas envie de répondre, il n'avait pas de compte à lui rendre. Ah décidément il n'était vraiment pas très doué avec les gamins, alors il observait le silence, pesant ses mots avant de répondre. Le silence dans une conversation ne l'avait jamais dérangé, mais pas sûr que cela plaise à Dylan. Enfin, il faudrait bien qu'il lui répondre un moment donné, après tout il avait déjà renoué contact avec Rachel et cette dernière n'avait pas semblé avoir expliqué à son fils pourquoi Mr Dinosaure n'était pas réapparu dans leur vie beaucoup plutôt. En un sens, Jules n'avait pas envie de donner la vraie raison de son arrivée ici et surtout pourquoi il n'était pas reparti. Mais... saurait-il comprendre les tenant ou les aboutissant de cette histoire sans chercher à prendre de raccourcis ? Jules en doutait, les enfants voyaient parfois les problèmes avec beaucoup moins de recule.

- Le boulot, répondit simplement Jules.

Il savait que les longues explications étaient le foyer d'interrogations, d'incohérences et d'intrigues sans constructions que l'on avait tôt fait de cerner comme des mensonges. Jules avait présentement la flemme de mentir, il ne s'en sentait clairement pas l'envie. Plus tard peut-être, quand il sentirait le gamin bien plus réceptif, car pour l'heure il avait l'air d'être pris dans un conflit intérieur que le britannique n'avait pas envie de connaître.

- T'as déjà fini l'école ? finit-il par demander pour poursuivre un peu cette conversation, sans savoir si elle les mènerait quelque part.







❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 49
Arrivée sur HC : 06/03/2018

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Mer 23 Mai - 5:14

« Je vois… » Le boulot… Je ne savais pas à quoi je m’étais attendu en fait. Je savais en posant la question que je n’aurais pas la réponse que je voulais entendre. Le fait que ça me fasse du mal avait beau être justifié, je ne voyais pas pourquoi je laissais cela m’atteindre. Oui, parce que dans mon visage, n’importe qui aurait pu lire que je j’avais eu des attentes, et qu’il n’y avait pas répondu.

Je le détestais. Du moins, je voulais m’en convaincre, parce qu’au fond, je dois admettre que c’était complètement faux. Je l’adorais. Il demeurait mon Mr. Dinosaure à moi. Mais déçu qu’il ne le soit plus, j’ai détourné les yeux comme si ça allait cacher ma peine. J’ai ensuite écouté sa question, puis hoché la tête pour y répondre. « Ça ne fait pas longtemps. J’ai couru jusqu’ici pour chercher un cadeau pour l’anniversaire de maman. » Je ne savais même pas pourquoi je lui racontais ça au final. Je savais bien qu’il s’en moquait. Il avait bien raté deux anniversaires avant, alors pourquoi est-ce qu’il s’en soucierait maintenant? Il ne se rappelait probablement même pas quand était l’anniversaire de ma mère, ou même le mien, alors… « De toute façon, tu t’en moques. » C’est sorti tout seul, sans que je puisse me contrôler, et ça paraissait dans mon visage. Je regrettais déjà mes mots, parce que je ne souhaitais pas entendre que j’avais raison. Je rêvais encore secrètement qu’il me dise que j’avais tort à son sujet et qu’on comptait pour lui, ne serait-ce qu’un peu. Pourtant, je savais que je rêvais en couleur. « Laisse tomber. » Je regarde alors la longue vue de pirate. « Tu devrais l’acheter. Tu aurais la classe avec ça. Tu aurais l’air d’un pirate avec ton nouveau look. » Je préférais changer de sujet, préférant oublier que je m’enfonçais de plus en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 491
Date de naissance : 21/02/1983
Arrivée sur HC : 02/01/2013
Age : 35
Emploi/loisirs : Coach (lycée) / Tueur à gage

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Sam 9 Juin - 12:32


De toute façon il finirait bien par savoir quel était le job de Jules dans cette maudite ville. Oui, l'animal avait bien un job et il était pour le moins assez surprenant. Enfin... pas encore, mais cette semaine il devait avoir un rendez-vous qui allait changer la donne. Depuis Noël son envie oscillait drastiquement chaque jour, rester ou partir. Pour l'heure s'il était encore là, c'était sans doute parce qu'il avait une bonne raison de rester ? Jules le savait, il le voyait, Dylan était déçu de cette simple réponse, mais il n'avait rien d'autre à lui dire pour le moment, sans doute qu'il n'aurait même pas le job qu'il avait trouvé, rien n'était moins sûr. En l'absence de la moindre certitude, l'homme ne prenait jamais le risque de créer de faux espoirs.

La conversation s'enchaîna après qu'il lui eut demandé s'il avait déjà fini l'école. Il ne s'y ferait jamais aux horaires scolaires américains. Déjà qu'il avait mis le temps à comprendre le fonctionnement des écoles anglaises. S'il se donnait la peine il comprenait en à peine cinq minutes, mais comme il n'en avait pas envie... Du moins pour le moment. Jules but une gorgée de son café, qui commençait déjà à refroidir à force de laisser passer le temps. C'est alors que le gamin lui fit la remarque qu'il s'en foutait bien que ça puisse être l'anniversaire de Rachel. C'est vrai qu'en un sens, il avait pas noté la date dans son agenda. Mais pourquoi donc ? Parce qu'il avait PAS d'agenda. Alors oui il s'en foutait un brin, mais en même temps il souhaitait les anniversaire de personne donc au pire... Il arqua néanmoins un sourcil pour arborer un air plus que pragmatique. Il sentait bien que l'enfant lui en voulait, néanmoins il ne rebondit pas sur la remarquer, cherchant à voir où diable cela risquait de les conduire. Dylan enchaîna en changeant de sujet.

Jules était clairement beaucoup trop conciliant. Ou bien il se foutait royalement de l'état d'âme du gamin. La vérité voulait qu'il observe avec attention son comportement. A n'en pas douter, Rachel ne lui avait jamais dit qu'il lui avait donné son numéro le jour où leurs chemins s'étaient séparés. C'était évident n'est-ce pas ? Non. Non l'Anglais le devinait à peine en comprenant que la mère du gamin n'avait jamais cherché à les contactés et de ce fait il avait dû se sentir abandonné en ayant aucune nouvelle toutes ces années. Du moins c'était sa déduction après observation de l'adolescent. Parce que la crise d'adolescence n'expliquait pas tout et n'excusait pas ce genre de comportement. Jules avait donc différentes options qui s'offraient à lui : lui balancer au visage que c'était pas de sa faute mais celle de Rachel, ou bien passer outre tout ça et poursuivre ce brin de conversation anodine. Sa tendance à l'autodestruction lui conseillait de mettre à mal la relation mère et fils, mais une conscience beaucoup plus humaine le poussait à ne pas faire cas de tout ça. Ce n'était pas son problème. Pourtant il était le cœur du problème.

- Faudrait déjà que j'investisse dans un trois mâts, répondit simplement Jules en buvant à nouveau son café. Étrangement j'en ai pas trouvé beaucoup dans le coin, franchement je comprend pas.







❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 49
Arrivée sur HC : 06/03/2018

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Ven 15 Juin - 19:30

Mission “Changement de sujet” accomplie! L’espèce de longue vue d’explorateur que Jules regardait était parvenu à me faire focuser sur autre chose que ma colère. Je lui en veux, mais j’ai sans doute un peu trop d’orgueil pour lui montrer que j’ai de la peine, que je me suis senti comme s’il nous avait carrément abandonné. Je ne peux pas être faible de toute façon. Je me suis toujours promis de ne pas l’être. Maman dit que je raisonne un peu trop comme un adulte quand je dis ça. Elle n’aime pas ça, mais je n’y peux rien changer non plus. Je l’ai vu triste trop souvent pour ne pas développer un sens du héroïsme qui me dépasse. C’est devenu un réflexe. Même envers moi-même.

Du coup, j’ai changé de sujet et Jules a marché. Il est vrai que son look a changé. Il a l’air… sale. Moins propre que dans mes souvenirs en tout cas. C’est sans doute la barbe négligée qui donne cette impression. Je me demande ce qu’il pouvait bien faire de sa vie avant de revenir ici. Avait-il besoin d’autant de poils dans le visage? En tout cas, quand je serai grand, ma barbe sera toujours bien taillée. Probablement que je vais même la raser au complet. Un policier après tout n’a pas de barbe. En tout cas, ça ne me dit rien.

Bref, Jules parle d’un truc que je ne comprend pas. Un « trois mâts » ? Sans doute un langage de pirate. Je savais bien qu’il ne connaissait pas que les dinosaures. Du coup, je hausse les épaules. « Je sais pas ce que c’est… J’y connais rien au monde des pirates, mais t’as l’air de t’y connaître. J’aurais dû me douter. » J’affiche un sourire en coin, enfin. J’ai peut-être trop de fierté pour sourire complètement, mais déjà, je me sens légèrement mieux. Je pourrai peut-être l’interroger plus tard au sujet de sa disparition. Mine de rien, j’ai besoin de savoir je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 491
Date de naissance : 21/02/1983
Arrivée sur HC : 02/01/2013
Age : 35
Emploi/loisirs : Coach (lycée) / Tueur à gage

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Mar 3 Juil - 23:01


Parfois il oubliait qu'il n'avait plus quinze ans et qu'aujourd'hui il connaissait une flaupé de choses. Notamment comment démonter et remonter un semi-automatique ainsi que tout un tas de trucs qu'on aurait jamais cru utile. Il s'y connaissait un peu en navigation à voile, mais pas de là çà pouvoir naviguer avec un trois mâts. Un voiler de onze mètres à la rigueur. Ah il s'en passait des choses incroyables sur la Tamise.

- Ce sont des navires qui ont dominé les océans pendant plusieurs siècles, ils ont permis la découverte de nouveaux continents comme l'Amérique du Sud et l'Amérique du Nord et même les archipels des Caraïbes, dit-il alors qu'il observait encore la longue vue. Mais... J'pense que tu l'apprendras bien assez tôt en Histoire.

Les grands explorateurs, la colonisation et bien d'autres choses. Dylan aurait tout le temps d'apprendre ça avec les cours alors que Jules avait appris ça sur le tas quand il avait cinq minutes à perdre et surtout l'envie de lire un livre. C'était d'ailleurs sans doute en prison qu'il avait eu le plus de temps pour dévorer des livres.

- Mais peut-être que t'aimerais faire de la voile, ajouta Jules en reportant son attention sur Dylan en l'imaginant en mousse entrain d'aider à la manœuvre.

Une fois sur l'eau, on oubliait tout le reste. Il n'y avait pas plus grand sentiment de liberté que de pouvoir glisser au gré du vent. Le Britannique avait encore quelques souvenirs joyeux de ses moments passés à naviguer sur la Tamise, quand bien même il s'agissait de faire passer de la marchandise de contrebande. C'était anecdotique. Mais ce n'était pas en Arkansas qu'il risquait de revivre ce genre d'aventure. C'était plutôt de la course de tracteurs...







❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 49
Arrivée sur HC : 06/03/2018

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Jeu 23 Aoû - 14:09

Et soudainement, j’ai droit à un semi cours d’histoire. En même temps, quand ça vient de Jules, c’est toujours intéressant. Un trois mâts c’est donc un énorme bateau comme dans les films. Ceux qui ont des énormes voiles et des canons et tout ça. Oui, c’est une façon simpliste de dire les choses, mais je n’ai que douze ans, alors tant que je me comprend… Enfin, Jules me dit que je vais sans doute étudier ça à l’école, en cours d’Histoire. Je sais même pas à quoi ça me servira ce cours. Je pense que l’Histoire serait sans doute plus intéressante si elle était enseignée par Jules. Après tout, qui de mieux pour l’enseigner qu’un dinosaure ?

Quand Jules reporte son attention sur lui, Dylan hausse les épaules. « J’ai jamais fait de bateau tu sais. Avec maman qui avait des problèmes avec mon père, et puis l’hôtel, et ensuite l’enquête… » Les choses commençaient à peine à être normale quand le Faucheur a décidé de revenir en force… littéralement en force… Maintenant, non seulement il était revenu, mais en plus mon père aussi avait débarqué en ville aux dernières nouvelles. Rien que d’y penser, je soupire.

« On aurait dû partir avec toi. » Je ne voulais pas dire ça. Enfin, oui. Mais en même temps non. Oui, je le pensais, parce qu’au moins on aurait été à l’abri et tout ça, mais là, je venais de faire tomber le mur que je gardais levé étant donné que je lui en voulais. Je lui en voulais toujours, m’étant senti abandonné par lui alors qu’on avait besoin de lui, mais bon… Peut-être que c’était pas trop tard en fait. J’ai juste 12 ans moi. Je suis pas encore assez grand pour protéger maman de mon père. Évidemment, là tout de suite, j’ai juste oublié Andrew. Je l’adore et il est parfait avec maman, du coup, j’ai pas de raison de l’oublier, mais étant en face de Jules… Je sais pas, j’ai sans doute le réflexe de m’appuyer sur Jules comme avant, quand maman n’allait pas bien et qu’il était celui qui arrivait à l’aider.

« Pourquoi t'es parti? » Boum. J’ai l’impression que je viens de lancer un explosif. Dans même tête, y a une explosion. Ma mère m'a bien demandé de ne pas en vouloir trop à Jules, qu'il avait tout à fait le droit de partir comme il l'a fait, mais c'est plus fort que moi. J'ai une boule au niveau de l'estomac. Je ne me sens pas confortable dans cette situation et je ne pense pas que je le serai tant et aussi longtemps que j'aurai mes réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 491
Date de naissance : 21/02/1983
Arrivée sur HC : 02/01/2013
Age : 35
Emploi/loisirs : Coach (lycée) / Tueur à gage

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   Jeu 23 Aoû - 23:53


Jules avait face à lui un gamin à l'entrée de l'adolescence. Et s'il refusait de l'admettre, Dylan avait l'air un peu paumé. En même temps c'était le début de cette charmante période qui vous mettait le cerveau à l'envers. Vivement que ses hormones commencent à lui jouer des tours. Là, le gamin lui fit un bref résumé de ce qu'avait été sa vie. En effet, son emploi du temps n'avait pas vraiment permis qu'il puisse un jour faire du bateau. Mais il n'avait jamais que… douze ans ? Néanmoins, sa conclusion vint à faire arquer un sourcil à Jules. Il imaginait déjà le tableau avec Rachel, James et Dylan dans la même voiture. Le road trip aurait pris une toute autre tournure. Sans doute qu'il n'y aurait pas eu ce règlement de compte dans l'Indiana, qu'il n'aurait pas manqué de tabasser un mec à mort parce que cet idiot avait lancé une bouteille sur le crâne de son aîné. La famille s'était sacré. Quand bien même James était un connard, il n'y avait que Jules qui avait le droit de lui botter le cul.

Jules ne répondit pas sur le coup, il avait envie de voir où est-ce que le gamin voulait en venir. Ce qui ne tarda pas à arriver. « Pourquoi t'es parti ? » La question qui fache. Sans doute parce que c'était un tueur à gage, parce qu'il était une mauvaise personne et pas un exemple à suivre pour un gamin de son âge. Parce que c'était pas une vie de passer son temps sur les routes à fuir jusqu'au bout du monde, parce qu'il était littéralement aller au bout du monde.

- Parce qu'on finit tous par partir un jour ou l'autre, répondit Jules en sachant pertinemment que cette réponse ne lui plairait pas, hélas il ne pouvait pas lui dire la terrible vérité à ce sujet.

Il avait planté son regard droit dans celui que Dylan, la tête légèrement penché sur le côté. Ô il avait qu'il avait toute l'attention du gamin, mais il avançait en terrain miner. Et surtout il savait que Dylan voulait des réponses, mais Jules n'était pas prêt à toutes les lui donner.

- Passer son temps sur les routes c'est pas une vie, poursuivit-il. Toi t'as une famille, des gens qui t'aiment. Y avait aucune raison que nos chemins continuent ensemble. Même si ta mère avait toujours moyen de me joindre si jamais ça n'allait pas. Mais elle m'a jamais appelé, alors c'est que tout devait aller bien.

Jusqu'à ce maudit message qui l'avait poussé à revenir en Arkansas… A croire qu'il avait autant manqué à Dylan et Rachel qu'au Faucheur lui même. Jules n'aimait pas se faire manipuler, c'était un sentiment qui avait tendance à le faire entrer dans une colère froide. Mais jusqu'à présent il s'était plus ou moins tenu à carreau. Pour combien de temps encore ? Là était toute la question.







❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A l'ère du Jurassique » dylan m.   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'ère du Jurassique » dylan m.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti passe sous l'ère Natcom
» [UPTOBOX] Underworld : Nouvelle ère [DVDRiP]
» Mission de rang D : Préparation d'une nouvelle ère
» (M/LIBRE) DYLAN O'BRIEN
» (m) Dylan o' brien - Le petit ami- libre et Négo'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Huis Clos :: Little Rock :: Centre-ville-
Sauter vers: