Partagez | 
 

 Donne moi ta main » rachel n.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Administrateur
Messages : 178
Date de naissance : 21/09/1984
Arrivée sur HC : 25/12/2014
Age : 33
Emploi/loisirs : Agent du FBI

MessageSujet: Donne moi ta main » rachel n.   Mer 11 Avr - 17:12



Donne moi ta main
rachel newman — andrew stewart

Vendredi 2 février ;
La semaine avait été longue sans vraiment être compliqué. A dire vrai, les chose s'étaient vraiment accéléré depuis un mois à propos de l'enquête, sans forcément avoir besoin de rentrer dans les détails. Mais les journées étaient un peu toutes les même, levé très tôt et couché relativement tard. Je savais bien que j'avais signé pour ça, il ne fallait pas se plaindre, mais s'était surtout l'ambiance à la maison qui était plombée. Pour Rachel, la fin d'année avait été terrible, surtout la dernière semaine de décembre. Janvier n'avait pas été meilleure après l'annonce qui m'avait été fait que Dylan allait vivre chez son père. Son père… Celui là avait débarquer sans prévenir autant à Little Rock que dans nos vies. Une raison de plus qui rendait Rachel dans un état assez préoccupant. Le problème était que même avec la meilleure volonté du monde, elle me semblait en permanence en état d'anxiété, tout semblait l'inquiéter pour un oui ou pour un non. Je faisais toujours preuve de patience, j'étais conciliant en sachant comme tout cela n'était pas chose aisé à supporter, pourtant arrivait un moment où même moi je commençais à m'agacer.

Loin de moi l'idée de tout résoudre avec des disputes, ce ne serait que rendre les choses pires encore. Alors à l'annonce du week end, au lien de rentrer directement à la maison, j'avais décidé de faire un détour par un refuge animalier. Il y avait quelques temps de cela, Rachel et moi avions pensé offrir un chien pour Dylan à l'occasion des fêtes de Noël. Hélas, l'occasion ne s'était jamais vraiment présenté. Il me semblait qu'aujourd'hui plus que jamais, la présence d'un animal de compagnie aurait sans doute des effets plus que bénéfique pour Rachel et pour nous. Étant donné qu'elle passait le plus clair de son temps à la maison, le fait d'avoir un chien la forcerait à le promener au moins trois ou quatre fois par jour, avoir la responsabilité d'une vie entre ses mains maintenant que son fils n'était plus là. Bref, amené quelque chose de positif.

La portière de la voiture venait de claquer après mon arrivée à la maison. La rue avait l'air assez calme, la plus part des familles étaient certainement entrain de préparer le dîner. Dans mes bras, une créature qui découvrait un tout autre monde que celui du box bétonné dans lequel elle vivait avec le reste de ses frères et sœurs. Durant le trajet il avait cherché le réconfort tout en jouant les petits explorateurs. J'avais évité de justesses le premier vomi en voiture, il m'avait épargné se plaisir en vomissant directement à la vue de la voiture. Oui, c'était un peu comme avoir un enfant, beaucoup plus petit et avec beaucoup plus de poils.

- Aller mon bonhomme, voilà ta nouvelles maison, lui dis-je en lui montrant un peu la façade et le jardin.

Son petit museau bougeait dans tous les sens, captant ça et là de nouvelles odeurs. Tout un monde à découvrir ! J'ouvris la porte, déposant les clés de ma voiture de fonction sur le meuble de l'entrée. Je continuais de tenir le jeune chien contre moi, essayant encore de déterminer tous les mélanges de race qui pouvait y avoir dedans. Au moins, il n'y avait pas de danois, l'assurance de ne pas se retrouver avec un chien plus grand que moi s'il devait se mettre sur ses deux pattes arrières. Enfin, j'avais jugé plus intelligent de prend un bâtard, de réputation ils étaient connus pour être assez robuste.

- Je suis rentré ! Dis-je à vois haute avant de déposer l'animal sur le sol.

Il était fébrile, un peu inquiet. Mais quand on connaissait son histoire, c'était compréhensible. Aussi je ne cherchais pas à le brusquer, le laissant découvrir à sa guise les pièces du rez-de-chaussé.







On se demande toujours pourquoi on n'a pas agit sur l'instant. On regrette bien souvent de n'avoir rien fait alors qu'on le pouvait. Moi je regrette d'avoir agit parce que tout cela ne serait pas arrivé.
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice
Messages : 903
Date de naissance : 12/07/1989
Arrivée sur HC : 19/08/2011
Age : 28
Emploi/loisirs : Étudiante en profilage criminel

MessageSujet: Re: Donne moi ta main » rachel n.   Dim 15 Avr - 14:44

Je suis en train de tout perdre, n’est-ce pas? J’ai cette impression que tout est en train de me glisser entre les doigts, que je vais bientôt me retrouver seule. Je suis en train d’étouffer dans le pétrin dans lequel je me suis mise. Le pire, c’est que je ne peux blâmer qui que ce soit d’autre que moi. Oui, tout avait commencé avec le retour du Faucheur, mais ce n’est pas sa faute si j’ai menti. Ce n’est pas lui qui a poussé Dylan à aller vivre chez son père. Si je me sens abandonnée, je n’ai aucun droit de blâmer qui que ce soit, si ce n’est moi.

S’il n’y avait que ça, je ne serais pas aussi mal. Certes, le départ de Dylan m’a bouleversé. Lui qui a toujours détesté son père pour ce qu’il m’a fait subir, certainement, j’ai le coeur brisé qu’il ait décidé de choisir son toit plutôt que le mien. Si son départ m’a perturbée, cela ne m’a malheureusement pas empêcher de sombrer encore plus dans le mensonge. On peut avoir tendance à penser que c’est facile de rester honnête. J’ai pourtant essayé, et me voilà devenu la personne la plus malhonnête de ma famille. Dylan ne me cache rien, mon père et mon petit ami sont dans la police… J’ai peut-être plus de ressemblances avec ma mère que je ne le croyais… Après tout, j’ai menti, malgré moi, à la seule personne qui me soit restée. Dans le cadre de son enquête, Andrew m’a posé des questions sur Jules, et quand il m’a demandé s’il avait une adresse en ville, je n’ai pas pensé à son numéro de téléphone que j’avais gardé pour moi. Depuis que Dylan est parti, ce mensonge me ronge de l’intérieur, et je sais très bien que si je n’ai rien dit depuis, c’est seulement parce que j’ai peur de le voir partir aussi, de plus en plus. J’ai peur qu’il croit que je lui ai délibérément caché cette information, ou qu’il croit que je lui cache une histoire entre Jules et moi. Remarque, je lui ai caché ce baiser que nous avons échangés à notre sortie du Crescent Hotel. À bien y penser, je suis sans doute pire que ma mère...

D’un soupir, je reviens à la réalité et mon regard se pose autour de moi. Je suis debout devant le four. Je termine de cuire la viande avant de l’ajouter aux pâtes dans leur sauce. Je ne me suis pas vraiment pris la tête pour préparer le dîner aujourd’hui, étant donné que j’ai passé l’après-midi à étudier. Du moins, j’ai essayé, mais mon esprit divague toujours. Je n’ai donc rien pu faire de ce côté là, sauf relire une bonne vingtaine de fois la même phrase, dans le même paragraphe de mon livre d’école. D’ailleurs, comme le repas est prêt à être servi et qu’il ne reste plus qu’à attendre Andrew, je retourne au salon pour ranger mes cahiers. C’est là que j’entend la la voiture de l’enquêteur se garer. Mon coeur se met à battre rapidement et nerveuse, j’en échappe mes livres. Je me penche donc pour les ramasser et je ne vois pas Andrew sortir de la voiture avec l’animal. Je l’entends avertir de son retour quand je dépose mes livres sur la table basse. Je vais donc le rejoindre, mal à l’aise. Je sais que je dois dire la vérité à celui-ci, et j’ai peur que ce soit ce soir LE soir. Mais pour l’instant, dès que mes yeux se posent sur lui, je ne peux m’empêcher de sourire. Certes, mais mon sourire laisse place à de la surprise quand je vois le chien sur le sol, se mettre à sentir mes jambes. « Oh ! » Je jette un regard surpris à Andrew avant de me pencher. « Bonjour toi. » Je lui fais sentir ma main pour avoir sa permission de le caresser sur la tête. Je relève ensuite mes yeux sur mon petit ami pour me relever. « C’est une victime de l’une de tes enquêtes? » Je ne demande pas ça sur le ton de la plaisanterie, mais je me doute que ce n’est pas le cas. Je l’embrasse alors et je le débarrasse ensuite de son manteau pour qu’il soit confortable.










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Donne moi ta main » rachel n.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Donne moi ta main et prend la mienne. [Lucas Izaguirre]
» La main invisible
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Huis Clos :: Little Rock :: Quartiers Résidentiels :: Quartier modeste-
Sauter vers: