AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les préjugés [Pv Dylan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Joueur
Messages : 37
Date de naissance : 08/10/2002
Arrivée sur HC : 31/05/2018
Age : 16
Emploi/loisirs : jouer et dormir

MessageSujet: Les préjugés [Pv Dylan]   Dim 22 Juil - 14:58

La fête foraine, j'y traîne de temps en temps, seul sans Spidy ou Nalani, depuis la mort de mon père ça me fait toujours du bien de me retrouver seul. Je le plus clair de mon temps au jeu de tir. Pas pour péter les ballons, mais plus les assiettes avec le fusil à pompe. Ça détends, je me sens toujours fort dans se genre de moment et au diable la récompense à la con qui ne vaut clairement pas son prix. Tout ce que je veux, c'est tirer. Je ne suis pas passionné par ce genre de jeu autant que les jeux vidéo et la programmation. Mais ça défoule toujours, bien plus que de frapper dans un sac de box à la con, le fusil détruit pour toi tu ne te fait pas mal et tu t'imagines ce que tu veux... C'est un poil psychotique ce que je suis en train de dire, mais c'est la vérité. J'en parle à personne parce que je n'ai pas envie de me retrouver à aller voir un psy comme ces clients de l’hôtel. Une fois ma limite d'argent dépensé, je m'achète avec ce qui me reste des churros et m'installe à un banc pour répondre au SMS de Nanali. Je fronce les sourcils par ce qu'elle vient de me dire, à tous les coups cette nana a carnet est une des folles enfermé dans l’hôtel...

Je regarde la populace autour de moi d'un air absence, je pense à plusieurs choses à la fois. L’hôtel, ce Faucheur, Nanali qui veut mener l'enquête. Le réel but de ce Faucheur. Toute cette histoire est un beau foutoir. Que se soit en vrai ou dans ma tête, c'est le foutoir complet. Tout les clients on l'air d'avoir un grain, à cause de l’hôtel ou avant l’hôtel y a de tout ! Je soupire d'agacement et me manque encore quelques churros et envoi un dernier message pour ne plus avoir de réponse.

Alors que j'étais plongé dans mes pensées, je fronce les sourcils en regardant un garçon plus jeune que moi s'approcher. Qu'est-ce qu'il me veut ? Des churros ? Je l'ai déjà vu au lep, je crois qu'il fait partie des clients du Crescent. Bordel, mais pourquoi il vient vers moi en particulier ? De ce que je sais par nos chers camarades de classe je n'ai pas une tête franchement amical. Oh bordel, il vient par rapport aux rumeurs auquel je serais responsable de leur enfermement par vengeance ? Oh, le con faut que je me prépare mentalement... Je l'ignore complet et me mange un autre churros. Je regarde le vide en face de moi pour faire genre que je l'ignore. Il n'est pas con le gosse, il a bien vu que je l'ai remarqué pour ensuite faire l'air de rien. Je ne vais pas pouvoir échapper à échangé deux trois mots avec lui.






Vous me faites tous chier...
Non sérieusement, foutez moi la paix...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 53
Arrivée sur HC : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Les préjugés [Pv Dylan]   Dim 22 Juil - 16:06

Aujourd’hui, mon père avait des plans bien précis. Il ne travaillait pas, donc il avait décidé de passer sa journée avec moi. J’aurais pu avoir mon mot à dire, mais je n’avais rien dit. En vérité, les fêtes foraines étaient pour moi un endroit formidable. Pour avoir vécu un peu trop longtemps dans un hôtel au point d’avoir oublié de quoi avait l’air le soleil, j’avais manqué de ce genre de joies. Quand maman et Andrew m’ont emmené ici la première fois, j’ai eu du plaisir comme jamais dans ma vie. Alors non, l’idée de protester contre le fait d’y aller n’était pas dans mes intentions. Au pire, j’allais passer une journée avec mon père. Bien que j’ai refusé assez souvent, voire la majorité du temps, de m’asseoir avec lui pour discuter et apprendre à le connaître en dehors de son passé douteux de batteur de femme, aujourd’hui, je voulais faire un petit effort. Surtout faire des manèges et me bourrer la gueule en barbe à papa.

Ainsi, on a donc fait quelques manèges et pas même mon père n’a su brisé ma bonne humeur. Il a eu l’air d’avoir du plaisir aussi, bien que le dernier semble lui avoir retourné l’estomac un peu. D’ailleurs, ça m’amuse. Je me moque un peu de lui quand soudain, je m’arrête net. Brandon me regarde d’un air interrogateur et semble s’inquiéter du fait que j’ai perdu mon sourire. « Dylan ? » Je le regarde alors, sorti de ma torpeur. « Ça va? » Doucement, je hoche la tête et regarde de nouveau Brewer, assis tout seul en train de manger. Brandon le regarde et m’interroge à son sujet. « C’est… un garçon de l’école. Pleins de rumeur cours à son sujet. Des rumeurs vraiment stupides, et dérangeantes. » Il me demande de lui en dire plus, mais je ne préfère pas. Il n’est pas mon confident après tout. Il y a des limites à ce que je lui dise tout. « Tu peux aller nous acheter à manger? J’aimerais aller lui parler et je ne veux pas qu’il me voit avec toi. » J’ai manqué de tact. Je ne voulais pas dire que j’avais honte d’être vu avec lui, bien que c’est vrai que de base, je préfère être vu avec Jules. C’est plus drôle de laisser croire à toute l’école que le coach puisse être mon père. Du coup, je reprend. « Son père était l’un des pompiers qui a éteint l’incendie du Crescent Hotel, où maman et moi on était. Il est mort là-bas en faisant son boulot. » Brandon hoche donc la tête en signe de compréhension et me laisse tranquille.

Je prend donc une grande respiration et m’approche de Zack. C’est maintenant qu’il me voit. Je l’ai vu me voir. Il a beau détourner la tête, faire semblant, je le sais. Je ne le blâme pas non plus. Si ma mère avait été tuée en sauvant d’autres vies, j’en voudrais sans aucun doute aux personnes pour qui elle est morte. Donc si j’étais lui, je m’en voudrais. Arrivé à proximité, je prononce un « Salut » peu affirmé. Soudain, je me demande ce que je fais là. Il se le demande probablement. « C’est rare de te voir seul. Enfin, normalement je te vois avec la nouvelle, Nalani, ou ton autre ami… Hum… Ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joueur
Messages : 37
Date de naissance : 08/10/2002
Arrivée sur HC : 31/05/2018
Age : 16
Emploi/loisirs : jouer et dormir

MessageSujet: Re: Les préjugés [Pv Dylan]   Jeu 23 Aoû - 17:58

Bingo ! Il est la le petit... Bon maintenant suffit juste de se préparer mentalement de la grosse connerie qu'il peut sortir. Je le fixais droit dans les yeux prêt à toute éventualité. Et quand je parlais d'éventualité, c'était genre... Une menace de mort ? Ou un autre truc dans le style qui concernait les rumeurs. Mais je ne m'attendais absolument pas à des salutations totalement banal et basique. Un peu comme si rien n'était alors qu'il n'y a concrètement pas rien. Un peu tombé des nues, je le fixe sans rien dire me demandant intérieurement ce qu'il me veut VRAIMENT. Et la suite ne m'avance pas plus sur ces réelles intentions. Ça faisait vachement parler pour rien dire, tourner autour du pot avant de passer aux choses sérieuses. Et malheureusement le seul moyen de savoir ce qu'il me veut, c'est de jouer le jeu.

« Ça va, j'aime bien me retrouver seul parfois. »

J'adore Nalani et Spidy, bien que Nalani puisse parfois être fatigante je me suis toujours sentie accompagner depuis son arrivé. Tellement accompagner que parfois, j'en étouffe et tente de me trouver des moment seul qui m'aiderai a... Mh comment dire. Me ressourcer un peu ? Mais ce genre de chose il vaut mieux que je le garde pour moi. Histoire que tout ça se termine vie je ne me contente pas de lui répondre brièvement comme je le ferais à mon habitude. Non, je vais essayer d'être un peu plus bavard, lui tirer les vers du nez. 

« T'es un ancien client de l’hôtel toi non ? »

L'air de rien, je continue à bouffer mes churros et le fixe sans gêne un peu comme si j'essayé de deviner ou il veut en venir. Sauf que voilà, chuis pas comme Nala, je n'ai pas ces intuitions chelou ou donc de mentaliste, je soupire et ajoute alors d'un air blasé et agacé. 

« Tu viens à cause de ce qu'on dit sur moi, c'est ça ? »

Je me positionne en face de lui d'un air sérieux, limite menaçant quand on se contente de croire les rumeurs qu'on dit sur lui. Je pointe le doigt devant le garçon avec l'autre main posé sur ma cuisse.

« Il n'y a que deux choses de vrai dans ce qu'on dit. En général, j'ignore complètement, mais je n'ai vraiment pas envie de commencer à avoir des emmerdes à cause de ça. La première chose, c'est que oui, mon père et bien mort dans l'incendie de votre hôtel. »

Je fais les yeux rond comme pour le coupé dans son élan.

« Non pas de désoler et je ne sais pas quoi, ça m'énerve. Donc... Il y a ça de vrai et oui, je vous déteste, mais pas au point de vouloir me venger et de devenir comme ce malade que vous appelez Faucheur... »

Je soupire un grand coup et reprends ma place pour manger mon dernier churros. Pour moi, la conversation était terminée. Mais s'il faut je suis totalement dans le faux je jette un regard hésitant sur lui pour voir si je ne me serais pas emporter pour rien.






Vous me faites tous chier...
Non sérieusement, foutez moi la paix...


Dernière édition par Zackary Brewer le Mer 26 Sep - 15:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 53
Arrivée sur HC : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Les préjugés [Pv Dylan]   Dim 9 Sep - 20:26

Je savais bien que ce serait difficile de l’approcher. Je ne suis pas un grand sage. J’ai seulement 12 ans et je sais à moitié ce que je fais. Mais je pouvais pas m’empêcher de venir lui parler. Lui et moi, on a connu des drames difficiles dans nos vies. Ces choses qui se disent sur lui peuvent être horribles. Lui, il est accusé d’être le Faucheur. Moi, je suis le débile qui a du mal à écrire. Les gens ne prennent pas en compte les circonstances de la vie. Lui? Le Faucheur ? Non, c’est juste débile. Déjà parce que les autorités l’aurait remarqué par sa façon d’écrire son journal, mais aussi parce que le Faucheur a fait des victimes avant même notre naissance à lui et moi. Et moi, j’ai du mal à écrire parce que je ne suis pas allé à l’école pendant que les autres y allaient. Oui, ma mère a fait ce qu’elle a pu dans l’hôtel, mais il y avait des limites à ses talents d’enseignante, et surtout à mes talents d’écoute…

Zachary me dit qu’il aime être seul, et je le comprend. C’est vrai que ça fait du bien. Savoir remettre ses idées en place, prendre du recul, une petite pause de tout le reste, c’est souvent bénéfique. Je hoche la tête doucement et écoute sa question. « Ouais… j’y suis resté trois ans. » Il me demande alors si je viens au sujet de ce que les gens disent. Je ne répond pas. J’ai été découvert. Bon, je n’ai pas été très subtil non plus. Je le regarde alors se placer devant moi et me toiser du regard.

Je n’ai le temps de dire quoi que ce soit qu’il commence à parler, me crachant ce qui est vrai et ce qui est faux dans les rumeurs. Là, je décide de suivre l’exemple de Jules, ou Andrew. Les deux, quand j’ai besoin de parler, sont toujours très silencieux et attentifs, et à chaque fois je finis cette conversation en me sentant mieux. J’ose donc espérer que je serai capable de faire pareil. Quand il se rassoit pour continuer de manger, je hausse un sourcil et sourit. Non vraiment, l’idée qu’il soit le Faucheur, c’est complètement débile.

« C’est évident que t’es pas le Faucheur. Il a commencé en 1999 à enfermer des gens. On était même pas nés. » Je continue de sourire, un peu amusé. L’imaginer en Faucheur… pas que ce soit amusant, mais ça sonne tellement faux que c’en est amusant. « Ils sont complètement débiles ceux qui pensent ça. Et si tu étais le Faucheur, y a longtemps que j’aurais essayé de t’en coller une pour avoir dit des trucs méchants sur ma mère. » Je hausse les épaules. « Pas que j’y arriverais. On va rester réaliste. Je ne fais carrément pas le poids. » Non, pas du tout.

Je reprend un air un peu plus sérieux. « Quant à ton père… Enfin, tu sais, j’étais là quand c’est arrivé. Alors oui, les autres peuvent bien te présenter des sympathies vides de sens, mais moi, je suis vraiment désolé. Ton père, c’était un héro. Et je t’envie d’avoir eu un père comme lui. » En effet, le mien n’était ni plus ni moins qu’un homme qui avait fait du mal à ma mère. Je ne pouvais que le détester. Et vivre avec lui, c’était de garder un oeil sur lui. Je sais qu’il veut que maman revienne vivre avec lui. Il ne sait pas que maman est en couple avec Andrew, et qu’elle est heureuse avec lui. Et je ne compte rien lui dire.

Penser à mon père assombrit un peu mon regard, mais que brièvement. Je soupire. « Je voulais pas t’embêter. Je voulais juste que tu le saches… Que tu saches que dans l’école, quelqu’un connait la vérité, plus que les autres. Je suis peut-être qu’un débile aux yeux de tout le monde, mais si jamais t’as envie d’en discuter, de parler avec des gens qui ont vécu le drame, tu sais qui aller voir. » Je me rend compte alors que la conversation tire sans doute à sa fin, et j’ai plus trop envie de retourner voir mon père. Je devrais sans doute partir, le laisser en plan. Ce serait marrant comme vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les préjugés [Pv Dylan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les préjugés [Pv Dylan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orgueil et préjugés (27/11 - 19h55)
» ⊱ Les préjugés sont les pilotis de la civilisation ⊰ (LIBRE)
» Tordre le cou aux préjugés [ LIBRE ]
» Avec orgueil et préjugés - Loevarez
» (M/LIBRE) DYLAN O'BRIEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Huis Clos :: Little Rock :: Fête foraine-
Sauter vers: