AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petit traité de la cupidité [PV April]

Aller en bas 
AuteurMessage
Cezar Schneider

Joueur
Messages : 68
Arrivée sur HC : 02/09/2018

MessageSujet: Petit traité de la cupidité [PV April]   Sam 8 Sep - 21:47
Cezar Schneider
April Carter
Petit traité de la cupidité
— Fascinant.

Devant la fontaine à souhaits, assis sur un banc, calé au fond du dossier, les mains jointes bringuebalant entre ses jambes écartées, Cezar Schneider ruminait.

— Fascinant comment, durant toute ton existence, tu t'es débrouillé pour survivre comme un cafard. Un misérable petit cafard visqueux et dégoûtant.

Il leva les yeux vers le ciel, comme s'il s'adressait à un ange invisible en pleine pause syndicale et manifestement peu disposé à enregistrer sa prière.

— De là où tu es, Baldrick, j'espère que tu peux m'entendre. Tu n'étais pas un mauvais bougre, et tu es parti trop tôt. C'est la vie que nous avons choisie, me diras-tu. La vie que nous nous sommes faite. Mais t'en aller comme ça… non. Non, ça c'est injuste. Nous mourons tous un jour, mais qu'est-ce qui peut pousser un homme à prendre sa propre vie comme tu l'as fait, je ne peux le comprendre. Ou j'ai peur de le comprendre, je ne sais pas.

Cezar prit appui sur le banc pour se mettre debout, et grimaça en se balançant sur sa jambe droite. Son genou le lançait comme si une pointe de fer traversait la rotule de part en part et la forait.

Ensuite, en boitillant, il s'avança jusqu'au rebord de la fontaine, les mains enfoncées dans les poches de sa veste. Il fixa la surface de l'onde, perturbée seulement par les remous et les clapotis causés par le jet d'eau.

— Et maintenant je suis seul. Plus de soutiens, plus d'argent, et même plus de justice. Privé de mon seul et dernier plaisir. Tu me diras, d'un côté, tu as été puni par ta propre cupidité. Une leçon bénéfique et ô combien poétique. J'imagine. Tu t'en tires bien, Baldrick, au final. Crois-moi.

Cezar fouilla dans sa poche et trouva une pièce d'une livre sterling, qu'il jeta négligemment au fond du bassin d'une pichenette. Avec un peu de chance, son souhait serait exaucé, mais cela lui paraissait d'ores-et-déjà compromis : jusqu'à présent, encore aucun mort n'était revenu à la vie.

À part Jésus, mais sa qualité de fils de Dieu ne devait pas y être étrangère. La résurrection était surtout réservée aux œuvres fictives comme Harry Potter. Et encore…

Maintenant, Cezar n'avait plus beaucoup d'autres pistes pour recommencer sa vie. Il avait presque soixante ans, il boitait, il n'avait pas de finances et il n'avait aucun contact dans le pays. Par le passé, le ciel lui avait distribué une meilleure main que présentement. Même enfant il trouvait qu'il s'en était mieux sorti avec les cartes tirées par le destin. Aujourd'hui ? Il se sentait à peine chanceux d'avoir l'opportunité de rendre hommage à son ancien pion. Il ne savait même pas de quoi le lendemain serait fait. Peut-être devrait-il repartir au Royaume-Uni.

Ou rester et traquer ce soi-disant Faucheur et lui expliquer posément, gentiment, et définitivement qu'il empiétait sur ses plates-bandes et lui devait réparations. Après tout, il était Cezar Schneider, l'Homme Tordu, ce n'était pas un pseudonyme de méchant des années 80 qui allait lui dicter sa loi. Déjà qu'il ne respectait pas les lois de son propre pays, il n'allait pas en plus commencer à suivre celles d'un patronyme sans davantage d'identité que cela.

— Véritablement fascinant…
Codage par Libella sur Graphiorum







navy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
April R. Carter

Joueuse
Messages : 477
Date de naissance : 06/02/1993
Arrivée sur HC : 31/01/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Coiffeuse

MessageSujet: Re: Petit traité de la cupidité [PV April]   Lun 24 Sep - 17:37
Son désir de vengeance est officiellement enclenché. Elle a fait la rencontre de Jules à la fête foraine et réfléchie avec hâte à une possibilité de se venger du Faucheur, malgré la demande de son petit ami à ce propos. Laisser couler et ne pas s'attaquer à lui, lui est à présent impossible. Ça lui donne des sensations désagréable au niveau de sa poitrine. Selon les médicaments, si elle ne soulage pas cette sensation, ça la hanteras pour toujours. C'était la colère avec un mélange de culpabilité. C'est ce qui lui a fait enclenché ses premiers plans, abandonnant la lutte contre son propre corps. Et maintenant qu'elle a commencé ces plans, une pointe de culpabilité pique sa poitrine. Timothy lui avait demandé de ne pas s'en mêler, de lui faire confiance. Mais elle ne l'a pas fait. Comment va t-il réagir si jamais il apprend ce qu'elle est en train de faire ? Cependant, elle prend cette douleur comme son premier sentiment, de la colère, alors que son cœur exprimait de la culpabilité de ses actes.

Vêtue d'une robe noire couvrant ses cuisses, mais décolleté au niveau de sa poitrine agrémenté d'une ceinture grise. Ses escarpins de la même couleur décorés par un bijou de cheville, claque le sol en direction de la fontaine. Pour une raison obscure qui peut être exaspérante pour certain, la jeune blonde avait besoin de se rassurer suite à cette initiative, et quoi de plus logique que de faire le vœu que tout ce passe bien à la fontaine. Cette fontaine à beau n'être qu'un attrape couillon qui pousse les suspicieux à jeter de l'argent dans de l'eau, ce geste rassure brièvement April. Elle jette la pièce et ferme les yeux en inspirant un grand coup. Le ploc de la pièce lui fait ouvrir les yeux et c'est seulement à ce moment-là qu'elle remarque cet homme qu'elle n'a jamais vu. Elle le fixe pensive se demandant sur le coup si ce n'était pas lui le Faucheur. Puis elle secoue la tête ce disant que cette idée était ridicule. Ça ne pouvait pas être aussi simple.

Encore submergé par des émotions qui lui son inconnu, elle finit par s’asseoir au bord de cette fontaine pour y regarder son reflet. Elle se remémore cette période ou elle était si joyeuse et souriante, peu importait son réel ressenti. Maintenant ? Il ressemble à une femme froide, acide, incapable de sourire à la demande. Ce voir ainsi lui donnait juste envie de retourner à l’hôtel. Mais il est maintenant majoritairement en état de destruction, brisé par les flammes qui a libéré tout les clients de l’hôtel. Cependant, ces flammes ont aussi détruit son sourire qui illuminait le Crescent. Complètement plongée dans ses pensées, elle se remémore tout ce que ce Faucheur lui à fait vivre. Son regard était limite vide, incapable de montrer de lui-même ses ressentie actuel.

Complètement, ailleurs, les insultes à son égard raisonnaient dans sa tête. Un pigeon s'était posé près d'elle en quête de miette de pain. Lorsque ses plumes effleurent sa cuisse étant en train de penser au Faucheur, elle prend peur et eu le réflexe stupide de frapper violemment l'oiseau. Elle réalise rapidement qu'elle était bien trop plongée dans sa rêverie et elle regarde l'oiseau s'envoler inquiète pour être enfin de compte rassuré que l'animal n'ai rien. Mais une fois de plus, son visage exprime une neutralité qui lui donne cet air glacial. Elle ne quitte pas l'oiseau des yeux jusqu'à ce qu'il disparaît la quelque part dans ce ciel infini, du moins c'est ce qu'elle pensait, elle n'arrivait pas à redescendre sur terre.






What am i feeling?
Is it meant to make your inside ache? Meant to make your chest go tight? Meant to make you sweat and shake? How could anything like that be right?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cezar Schneider

Joueur
Messages : 68
Arrivée sur HC : 02/09/2018

MessageSujet: Re: Petit traité de la cupidité [PV April]   Sam 20 Oct - 15:55
Cezar Schneider
April Carter
Petit traité de la cupidité
Le bruit d'une pièce qui plongeait dans l'eau attira l'attention de Cezar, qui releva la tête. De l'autre côté de la fontaine, il y avait une jeune femme blonde en robe noire. Il haussa les sourcils, soudain intéressé. La jeune femme croisa son regard et le fixa un bref instant avant de s'asseoir sur le rebord en pierre de la source d'eau.

Cezar se passa la langue sur les lèvres.

Un pigeon, manifestement l'un de ces rares individus de l'espèce qui faisait preuve d'un véritable dédain pour la survie la plus élémentaire, se posa à côté de la blonde. En un battement de cils, celle-ci lui décocha une formidable torgnole dans le bec. L'oiseau tournoya sur lui-même et tomba sur le dos, les ailes en croix… avant de se redresser et de tituber, puis de s'envoler pour aller se planter dans le tronc d'un arbre quelques mètres plus loin.

Cezar eut un pincement au cœur. Il aimait les animaux et n'appréciait pas de les voir souffrir… mais dans le même temps, l'action était tellement hilarante qu'il se retenait d'éclater de rire. Son diaphragme se tordait et se contractait avec douleur tandis qu'il tentait de garder ses mâchoires serrées.

Pourtant la jeune femme n'affichait aucune émotion, rien. Son visage restait de marbre, presque littéralement, avec toute la froideur et la dureté qu'on ressentait en effleurant de la roche.

C'était…  C'était fascinant, en effet. Véritablement fascinant.

Cezar contourna la fontaine et prit place à côté de la jeune femme, à une distance qu'il estima respectable (à savoir légèrement plus éloigné que la portée de son bras) pour ne pas subir le même sort que l'infortuné pigeon (son diaphragme eut un soubresaut).

— Très jolie manchette. Un peu, comment dire… bâclée, dans l'exécution, mais le résultat est là.

Pour confirmer les dires de Cezar, le pigeon glissa le long du tronc d'arbre jusqu'au sol.

— Enchanté, je me nomme Cezar Schneider.

La jeune femme avait une bouille si adorable qu'il ne put s'empêcher de poursuivre ses présentations sur le ton de la sincérité :

— Je suis venu en ville parce que le Faucheur a assassiné l'un de mes amis. Vous connaissez le Faucheur ?
Codage par Libella sur Graphiorum







navy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
April R. Carter

Joueuse
Messages : 477
Date de naissance : 06/02/1993
Arrivée sur HC : 31/01/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Coiffeuse

MessageSujet: Re: Petit traité de la cupidité [PV April]   Jeu 10 Jan - 13:45
April sursaute quand un inconnu fini par lui adresser la parole. Les yeux légèrement écarquillés par cet effet de surprise, elle se tourne lentement vers lui qui était assis non loin d'elle sans pour autant être prêt. Son visage ne change pas tellement d'expression inexistant. Voir ce pigeon tombé au sol d'un air cartooneste a l'air de lui faire ni chaud ni froid. Elle le regarde de haut en bas comme pour tenter de comprendre ses intentions. Pourquoi lui parler à elle ? Pourquoi tout court sur tout ? Elle fixe l'inconnue et fait un bref oui de tête et dit d'un air totalement vide limite absent.

« April Carter. »

Elle regarde ses mains agissant limite comme s'il n'était pas là mais relève la tête lorsque Cezar reprend la parole. Elle écarquille les yeux et se tourne lentement, il vient de parler du Faucheur, elle a pensé à son désir de vengeance sur le Faucheur et il vient lui parler du Faucheur. April se demande sur le coup si c'est le destin ou le Faucheur lui-même qui a décidé de faire en sorte qu'elle discute avec lui. Non, non, le Faucheur avait dû pouvoir, mais pas à ce point. Il n'est pas dieu, bien loin d'être dieu. Elle fixe le vide puis Cezar encore le vide puis Cezar comme si elle était en pleine réflexion. Elle ouvre la bouche et la referme et se met à soupirer. 

« Personne ne le connaît. Enfin, je crois, pas vu en tout cas. »

Elle refixe le vide avec son air froid et glacé fronçant les sourcils à ses propres réflexions intérieur.

« J'étais dans l’hôtel, je m'y sentais bien. J'ai lu ses articles à l'époque, mais... Rien de plus. »

Même lorsqu'elle a fini par le servir avec Timothy c'était celui-ci qui recevait les ordres, pas elle. Elle obéissait à son petit ami sans trop se poser de question, histoire de se trouver une place depuis que pratiquement tous les clients décident de lui faire la tête. Il écarquille les yeux ressentant l'envie de frapper quelque chose, ne sachant pas pourquoi elle s’abstient de le faire.

« Je le déteste, j'aimerais le faire souffrir. »

Elle regarde enfin de nouveau son interlocuteur inspire un grand coup et tente de prendre un air désolé qui lui fait faire une grimace.

« Je suis désolée pour votre ami. Jusqu'à aujourd'hui je ne savais même pas qu'il tuait les gens. Il se contentait toujours de les torturer... Faire mal... Mentalement. »

Puis elle repense à Timothy et son état il y a bientôt un an.

« Ou physiquement depuis peu. »






What am i feeling?
Is it meant to make your inside ache? Meant to make your chest go tight? Meant to make you sweat and shake? How could anything like that be right?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cezar Schneider

Joueur
Messages : 68
Arrivée sur HC : 02/09/2018

MessageSujet: Re: Petit traité de la cupidité [PV April]   Dim 13 Jan - 13:46
Cezar Schneider
April Carter
Petit traité de la cupidité
— Personne ne le connaît. Enfin, je crois, pas vu en tout cas.

Intéressant. Un super-méchant qui œuvrait dans l'ombre. Un Maître Comploteur qui tirait les ficelles pour… pour… eh bien, ce n'était pas encore évident pour quoi, mais Cezar le découvrirait en temps et en heure.

— J'étais dans l'hôtel, je m'y sentais bien. J'ai lu ses articles à l'époque, mais… Rien de plus.

La jeune Miss Carter avait l'air de se perdre dans ses souvenirs, à la façon d'un vétéran victime de flashs de la guerre des émeus. Le plus étrange était son absence totale d'expression. Cezar était habitué à détecter les maniérismes, les tics, les moins frémissements de narines qui trahissaient les pensées avant les actes.

Mais chez Miss Carter… rien. Un masque parfait de neutralité. La seule chose qui aurait pu trahir ses sentiments fut l'écarquillement subit de ses paupières, et Cezar eut l'impression durant une fraction de seconde que la véritable Miss Carter voulait briser ses chaînes pour se défouler.

— Je le déteste, j'aimerais le faire souffrir.

Wow.

Des mots bien durs et bien inattendus dans le bouche d'une si charmante jeune femme. Cezar fut pris de court sur l'instant, car il réalisa que cette petite poupée aurait aussi bien pu le fracasser comme elle avait fracassé le pigeon et qu'il ne l'aurait pas vu venir.

Impressionnant. Très impressionnant.

— Je suis désolée pour votre ami. Jusqu'à aujourd'hui, je ne savais même pas qu'il tuait les gens. Il se contentait toujours des les torturer… Faire mal… Mentalement. Ou physiquement depuis peu.

Cezar se ressaisit et sourit.

— Non, vous avez raison, il ne l'a pas tué de ses propres mains, mais c'est tout comme. Mon ami s'est… hum… pendu. Mais il accusait le Faucheur d'avoir détruit sa vie.

Et Cezar l'accusait d'avoir détruit sa vie avant que lui en ait eu l'opportunité. Quel manque fondamental de civisme.

— Mais ne soyez pas désolée, Miss Carter. Ainsi vont les choses, ainsi va la vie. Je suis intéressé surtout par l'avenir que par le passé. Regardez, si mon ami n'avait trépassé, jamais je n'aurais eu l'occasion de vous rencontrer. Qu'elle soit positive ou négative, j'appelle ça une évolution, et c'est toujours mieux que la stagnation.

Cezar plongea la main dans son manteau pour prendre une cigarette d'un paquet et l'allumer à l'aide d'un briquet. Ce ne fut lorsqu'il en tira une première bouffée que la réalisation le frappa comme un pigeon en pleine tête.

— Excusez-moi, je ne vous ai pas demandé… cela ne vous dérange pas que je fume ?

Il recracha la fumée sur le côté pour ne pas gêner sa nouvelle connaissance.

— Pourriez-vous un peu m'indiquer sur la ville ? Je cherche, par exemple, un bon salon de thé, un vendeur d'armes, et, pour compléter le trio, un jazz-club. Ensuite, j'aimerais rassembler des informations sur le Faucheur, je ne compte pas laisser son crime impuni, et je vais m'en charger personnellement s'il le faut. Vous connaîtriez d'autres personnes avec qui je pourrais m'entretenir à son sujet ?
Codage par Libella sur Graphiorum







navy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Petit traité de la cupidité [PV April]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Petit traité de la cupidité [PV April]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» Lè yo touye ti kochon kreyòl yo, yo fini ak klass peyizan yo.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Huis Clos :: Little Rock :: Riverfront Park :: Fontaine à vœux-
Sauter vers: