AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 In My Solitude [PV James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Joueur
Messages : 45
Arrivée sur HC : 02/09/2018

MessageSujet: In My Solitude [PV James]   Dim 16 Sep - 11:24

Cezar Schneider
James Williams
In My Solitude
Cezar ignorait ce qui avait été le plus difficile : la douleur émotionnelle d'avoir enterré le corps de Baldrick par lui-même, ou la douleur physique d'avoir enterré le corps de Baldrick par lui-même.

Pour l'instant, il penchait pour la douleur physique.

Après tout, il avait fallu, dans l'ordre :

1- décrocher Baldrick du plafond ;
2- nettoyer l'appartement de toute trace compromettante ;
3- enrouler Baldrick dans un drap ;
4- tirer discrètement Baldrick dans l'ascenseur ;
5- caler Baldrick pour que sa tête arrête d'empêcher la fermeture des portes de l'ascenseur ;
6- tirer Baldrick dans une voiture volée ;
7- … voler une voiture ;
8- effectivement tirer Baldrick dans une voiture volée ;
9- faire un arrêt à un magasin de jardinage ;
10- louer une pelle et une pioche ;
11- conduire hors de la ville ;
12- trouver un coin tranquille ;
13- sortir successivement Baldrick et les outils de la voiture ;
14- traîner Baldrick jusqu'au coin tranquille ;
15- creuser un trou ;
16- … creuser un trou plus profond ;
17- … creuser un trou ENCORE plus profond ;
18- … sortir du trou… ;
19- pousser Baldrick dans le trou ;
20- reboucher le trou ;
21- remettre les outils dans la voiture ;
22- revenir en ville ;
23- rendre les outils au magasin ;
24- intimider le propriétaire pour ne pas payer la location ;
25- remettre la voiture à son endroit initial.

À présent, Cezar boitait en direction du centre-ville, alors que la nuit tombait, et massait ses mains endolories, dont il était sûr qu'elles seraient couvertes d'ampoules et d'érythèmes dans les heures qui suivraient. Et à mesure que l'affect des souvenirs de sa journée s'estompait, la douleur émotionnelle d'avoir enterré le corps de Baldrick par lui-même poignait en lui. Cezar ne savait pas pourquoi, mais la disparition brusque de son ancien collègue lui avait occasionné un vide sans fond dans le cœur, associé à une douleur inqualifiable, un peu comme s'il s'était arraché les ongles à mains nues tout seul. Il s'arrêta et contempla ses paumes.

Elles étaient noircies de terre et rougies d'irritation. Et pourtant vierges de sang. C'était peut-être bien la première fois qu'il enterrait le corps d'un individu qu'il n'avait pas tué au préalable. Non, à la place, Baldrick avait jugé préférable de se donner la mort tout seul, afin d'adresser un dernier doigt d'honneur à Cezar. Aurait-il écrit dans une lettre "ha ha je t'ai bien niqué" signée Baldrick que cela aurait eu le même impact sur l'Homme Tordu.

Et pourtant la lettre ne lui avait même pas été adressé à lui. Juste au Faucheur. Le Faucheur. Le Faucheur. Cezar se demandait qui il était. Ou elle. Ou ils/elles. Et pourquoi ce Faucheur avait estimé malin de priver Cezar de son égalisation des scores. C'était exactement comme si un arbitre sifflait la fin du match dès que l'équipe avait marqué un but, sans se soucier de la fin du temps imparti.

Oui, le Faucheur avait moissonné Baldrick avant le temps imparti, et c'était inacceptable, car maintenant Cezar se sentait terriblement frustré, et terriblement seul.

Ce ne fut qu'à ce moment qu'il se rendit compte qu'il s'était arrêté devant le parvis d'une église chrétienne. Le Juif en lui frissonna. À ses yeux, rien ne valait une bonne vieille synagogue, elles étaient architecturalement plus impressionnantes. En dépit des efforts de ses parents, Cezar ne s'était jamais vraiment intéressé à la religion, et ne s'était adressé à Dieu que dans des moments de détresse, qui se comptaient sur les doigts de la main d'un manchot, et encore seulement durant sa jeunesse. Même son passage par la case prison n'avait pas réussi à le convertir. Cezar sentait néanmoins qu'il avait besoin de parler de ses sentiments contradictoires. Peut-être que Dieu saurait lui accorder une oreille attentive.

L'Homme Tordu poussa la porte du lieu de culte et, claudiquant, remontant la nef. Il n'y avait presque personne, dans cette église, et l'atmosphère lui semblait aussi silencieuse qu'oppressante, exactement comme la fois où il s'était retrouvé au fond de l'eau, les pieds et poings liés. Durant un quart de seconde, il esquissa un début de volteface pour repartir, mais il se ravisa aussitôt et reprit sa remontée, jusqu'au premier rang, devant l'autel. Il prit place sur le banc à sa droite et… se demanda ce qu'il fallait fichtrement faire. Il jeta un coup d'œil à gauche, à droite, et essaya d'imiter les autres personnes présentes. Il joignit les mains devant la bouche, les coudes calés sur les genoux, les yeux rivés sur la croix de l'autel.

— Hum… euh… allô ? J'espère ne pas être tombé sur la messagerie. Écoute… Dieu… mon pote… je suis un peu paumé. J'ai, comme qui dirait, un ami, si on peut dire, qui vient de mourir et, je… je ne sais pas quoi faire.
Codage par Libella sur Graphiorum







navy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 157
Date de naissance : 18/07/1981
Arrivée sur HC : 04/03/2018
Age : 37
Emploi/loisirs : Révérend, patron du Holy Angel

MessageSujet: Re: In My Solitude [PV James]   Mer 10 Oct - 9:38


La porte du bureau venait de se refermer. Le secrétaire était partie après avoir fait ses horaires de travail pour la journée. L'église était plus paisible que jamais. Le révérend en avait profité pour s'éclipser dans le jardin communautaire pour faire le tour des différentes parcelles de terre. D'un pas lent, mains jointes dans le dos, il observait rangé après rangé l'état des lieux. Tout avait été nettoyé avec soin par les paroissiens dans la matinée. Certains pourraient croire qu'il exploitait sans vergogne des personnes âgés... Mais il pouvait toujours prétexter que c'était un moyen de garder le contact entre vieux, créer du lien social et toutes les conneries pleines de logiques et de bienveillances qu'un homme d'église pouvait sortir. James était intouchable, il pouvait exploiter qui bon lui semblait pourvu que ça passe pour de la générosité ou un truc du genre. Non vraiment, les gens étaient sacrément cons quand même.

James remonta l'allée principale du jardin, observant le ciel en quête de quelques nuages annonciateurs de pluie. Le britannique était un peu nostalgique du climat de son pays. On avait beau dire, mais une bonne pluie ça vous remettait les idées en place. Tandis que le crachin vous rappelait qu'une bonne bière vous attendait toujours dans un pub. Enfin... Il se décida à rejoindre le bâtiment en passant par l'une des portes qui menaient à l'intérieur de l'église. La porte grinça lourdement avant de se refermer avec cette même lourdeur. Se retournant, le révérend vit quelques uns de ses paroissiens entrain de prié sur les bancs, jusqu'à ce que l'un deux attire son attention. Tient donc... Une nouvelle tête ? Il avait en tout cas une bien étrange façon de prier au regard des personnes présentes. A sa façon de regarder l'autel, ce devait être la première fois qu'il tentait de s'adresser au seigneur. Bon jusqu'à présent il avait pas l'air de répondre le vieux con là-haut, mais c'était toujours bien d'essayer. James était intrigué, mais d'un autre côté il devait faire son job de révérend. contournant les quelques rangés de banc, il se mit à la hauteur de ce nouveau venu et pris place à ses côtés en silence.

Il commençait un peu à maîtriser le délire, ne pas parler, observer le silence tant que l'autre n'éprouvait pas le besoin de s'exprimer. Bref, toutes les âneries des chrétiens en somme. Lui même était un très mauvais chrétien. Sans doute parce qu'il ne l'était pas du bout ? La religion était une connerie, une absurdité, mais un des meilleurs moyens pour se planquer des flics quand plus de la moitié d'un pays croyait en l'existence d'une divinité supérieur. Enfin, il n'allait pas briser les rêves de cet inconnu, pas si tôt alors qu'il tentait de faire des efforts.


Dernière édition par James Williams le Jeu 25 Oct - 6:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joueur
Messages : 45
Arrivée sur HC : 02/09/2018

MessageSujet: Re: In My Solitude [PV James]   Dim 21 Oct - 11:39

Cezar Schneider
James Williams
In My Solitude
Face à l'absence évidente de réponse du divin (il se demanda même s'il ne valait pas mieux rappeler plus tard), Cezar se redressa, se calant contre le dossier inconfortable du banc, et réalisa qu'un individu avait pris place à sa droite. Un bel et charmant individu, c'était le moins qu'on puisse dire. Cheveux bruns ondulés, barbe de quelques jours, col romain sur la gorge, il ressemblait à l'idée que se faisait le criminel de Jesse Custer si Jesse Custer avait existé.

Cezar croisa les bras sur sa poitrine.

— Vous êtes le plus étrange rabbin qu'il m'ait été donné de voir, monsieur le Rabbin. Mais je dois admettre que…

Il regarda tout autour de lui.

— Même si son architecture est incongrue, c'est une très belle synagogue que vous allez là.

Puis il sourit et posa une main sur la jambe du révérend, la secouant amicalement.

— Je rigole, mon père. Votre église est très sympathique, quand même, je le reconnais volontiers. Un peu… hum… austère, dirais-je, mais je crois que vous autres protestants êtes plutôt modernes dans votre pratique de la foi. Très sympathique, vraiment.

Cezar réalisa qu'il tenait encore la jambe du révérend, et la lâchant, transformant son sourire en rictus embarrassé.

— Je vous prie de m'excuser, mon père.

Il redirigea alors son attention avec l'autel.

— Dites-moi… Vous êtes-vous jamais senti terriblement seul ? Que même Dieu ne vous soit d'aucun réconfort ? Je sais, c'est un peu tiré par les cheveux, j'imagine que la foi, pour vous, c'est l'élément de base sur votre CV, mais… quand même ?

Cezar s'éclaircit la gorge, fixant intensément l'autel dépouillé de tout symbole ostentatoire. Ensuite, il prit les mains du prêtre dans les siennes et planta son regard brûlant dans le sien.

— Mes parents ne m'ont jamais accepté tel que j'étais et m'ont condamné dès que je me suis… ouvert à eux et que j'ai cessé de me mentir à moi-même. J'ai l'impression constante d'évoluer entre deux mondes auxquels je n'appartiens pas, et je ne parviens même pas à trouver réconfort auprès d'une force supérieure. Alors je vous le redemande, vous êtes-vous jamais senti terriblement seul ?
Codage par Libella sur Graphiorum







navy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Messages : 157
Date de naissance : 18/07/1981
Arrivée sur HC : 04/03/2018
Age : 37
Emploi/loisirs : Révérend, patron du Holy Angel

MessageSujet: Re: In My Solitude [PV James]   Dim 28 Oct - 12:37


James commençait à réciter dans sa tête les dernières prières qu'il avait dû apprendre par cœur. Parfois il trouvait qu'elles n'avaient aucun putain de sens, comme si on avait pris des mots au hasard et que mis bout à bout c'était censé vouloir dire quelque chose mais... non. Il fût rappelé à l'ordre lorsque l'homme à côté de qui il s'était assis réalisa que le révérend était présent. Et en l'occurrence c'était lui le révérend. Oui ça lui arrivait encore d'oublier qu'il était homme d'église à présent. Jusqu'à ce que l'autre l'appelle Rabbin. Quoi ? James arqua un sourcil sans plus dire mot tandis que l'autre continuait de parler. Hmm, il avait certainement affaire à un p'tit rigolo. D'un autre côté il ne savait pas vraiment à quoi ressemblait une synagogue. Heureusement qu'il avait pas choisi d'aller se planquer chez les juifs en faite, il aurait été dans la merde, déjà que le christianisme c'était galère.

James eut bien rapidement la confirmation qu'il avait en effet affaire à un p'tit rigolo. Le judaïsme très peu pour lui. Après tout il y avait le prénom Juda dedans... On savait tous que Judas était un putain de traître, de ce fait, il ne fallait pas faire confiance aux juifs... Oui bon, c'était un raccourcis un peu facile, mais pas plus tard que la semaine dernière il l'avait sorti à une de ses paroissiennes et elle avait bu un peu trop bien ses paroles. Ces américains je vous jure, pas deux sous de jugeotes ! Mais là n'était pas le sujet. A ce moment là il remarqua que l'autre lui tenait la jambe, James ne dit mot sur l'instant, son esprit était parti un peu trop loin l'espace de quelques secondes. Non décidément la religion ça ne lui réussissait pas. Néanmoins, il laissa naître l'esquisse un sourire aux coins de ses lèvres lorsqu'il nota le léger embarra de son nouvel interlocuteur. Ce dernier ne tarda pas à poursuivre. C'était fou comme les gens avaient tendance à se confier facilement aux hommes d'église, la dernière fois ça lui était arrivé avec une blonde qui avait l'air d'avoir un sacré grain. James continua d'observer le silence pour voir où est-ce que l'autre voulait en venir.

- La solitude est une épreuve que Dieu nous demande parfois d'affronter, répondit le révérend d'une voix calme et posée. Beaucoup la voit comme un malheur, une source d'isolement. Mais la vérité c'est que la solitude nous révèle, elle nous montre tel que nous sommes quand nous acceptons sa compagnie. Ne la voyez pas comme une punition, prenez là comme un cadeau. Avec elle vient le don de voir ce que beaucoup ignorent. Elle vous offre un recul inestimable sur la vie sans être parasité par les problèmes de ceux qui vous seraient trop proche.

Ah c'est sûr qu'en matière de psychologie, la foi ça vous aidait à toujours voir les choses du bon côté. Tu t'es cogné le p'tit doigt de pied dans un meuble ? Pardonne le meuble car il t'a rappelé à ta condition de mortel. Les conneries habituelles quoi. Mais pour répondre sincèrement, en sa qualité de criminel... Il se sentait seul depuis le jour où il avait ouvert les yeux en Arkansas, les souvenirs envolés de ces dernières années. Ne lui restait que l'époque où il vivait encore à Londres...

- Il m'arrive parfois de ressentir la solitude, poursuivit-il, mais je me dois de l'accepter car malgré la douleur qu'elle me procure, elle me rappelle aussi que j'ai ma place parmi les Hommes. Sinon pourquoi serions nous sur Terre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: In My Solitude [PV James]   

Revenir en haut Aller en bas
 
In My Solitude [PV James]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» Éternelle solitude | Lumi |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Huis Clos :: Little Rock :: Centre culturel :: Eglise / Cimetière-
Sauter vers: